• : HISTOIRE-GÉO en LIBERTÉ
  • HISTOIRE-GÉO en LIBERTÉ
  • : Une source d'informations variées pour compléter les cours et aiguiser son esprit critique
  • Contact

"N'oublie pas de rechercher aussi le bonheur que procure une compréhension nouvelle, apportant un lien supplémentaire entre le monde et toi. Ce devrait être l'oeuvre à laquelle tu apportes le plus grand soin, et dont tu puisses être le plus fier."

 

Albert Jacquard, A toi qui n'est pas encore né.

histoire géo einstein

"Moins d'histoire et de chronologie, ça ne va pas faire des jeunes gens modernes, ça va faire des jeunes gens amnésiques, consensuels et obéissants

Régis Debray

 

 

"Les véritables hommes de progrès ont pour point de départ un respect profond du passé"

Ernest Renan

 

 

2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 10:55
La civilisation occidentale jugée par l'extrême orient à la fin du XIXe siècle

Il peut sembler naturel à l'esprit des occidentaux de contempler avec un sentiment de triomphe sans ombre ce monde d'aujourd'hui dans lequel l'organisation a fait de la société une immense machine pourvoyant elle-même à ses besoins... Et pourtant la Chine, avec sa douce ironie, considère la "machine" comme un instrument, non comme un idéal. L'Orient vénérable fait encore la distinction entre les moyens et la fin. L'Occident est favorable au progrès, mais où tend le progrès ? Lorsque l'organisation matérielle sera complète, quel but, demande l'Asie, aurez-vous atteint ? La dimension seule ne constitue pas la vraie grandeur, et la recherche du luxe ne mène pas toujours au raffinement. Les individus qui coopèrent avec à la fabrication de la grande machine, de la soi-disant civilisation moderne, deviennent les esclaves d'une habitude machinale et sont impitoyablement dominés par le monstre qu'ils ont crée.

En dépit de la fameuse liberté de l'Occident, l'individualité véritable y est détruite par la compétition pour la richesse; le bonheur et la joie y sont sacrifiés par l'insatiable désir de posséder toujours davantage. L'Occident se glorifie de s'être émancipé des superstitions médiévales; mais qu'est donc ce culte idolâtre de la richesse qui les a remplacées ? (...)

Les voies du socialisme est une lamentation sur les affres de l'économie politique occidentale - la tragédie du capital et du travail... L'Asie ignore c'est vrai, les joies sauvages d'une locomotion qui boit l'espace, mais elle possède encore la science, plus profonde du voyage, celle du pèlerinage et celle des moines nomades. L'ascète indien qui mendie son pain quotidien aux ménagères villageoises et qui, le soir venu, s'assied sous un arbre, parle et fume avec les paysans de la contrée, voilà le vrai voyageur. Pour lui la campagne n'est pas faite seulement de ses aspects naturels; elle est un chaînon de coutumes et de traditions, tout empreinte de la tendresse et de l'amitié qui a partagé, ne fût-ce qu'un instant, les joies et les peines de son drame privé.

Le paysan japonais qui voyage, ne quitte, lui aussi, aucun endroit intéressant, de ses promenades, sans y laisser son hokku, petit sonnet d'une forme d'art accessible aux plus simples. Par ces moyens la conception orientale de l'individualité se cultive comme une science mûre et vivante., harmonisant la pensée et le sentiment dans une grave mais souriante humanité.

La tâche actuelle de l'Asie consiste donc à protéger et à restaurer les coutumes asiatiques. Mais, pour ce faire, il faut d'abord se reconnaître elle-même et développer la conscience de ses coutumes, car les ombres du passé sont les promesse de l'avenir.

OKAKURA (1863-1913), Les idéaux de l'Orient, Le réveil du Japon

Partager cet article

Repost 0
Published by Profhistgéo - dans Histoire Asie
commenter cet article

commentaires