• : HISTOIRE-GÉO en LIBERTÉ
  • HISTOIRE-GÉO en LIBERTÉ
  • : Une source d'informations variées pour compléter les cours et aiguiser son esprit critique
  • Contact

"N'oublie pas de rechercher aussi le bonheur que procure une compréhension nouvelle, apportant un lien supplémentaire entre le monde et toi. Ce devrait être l'oeuvre à laquelle tu apportes le plus grand soin, et dont tu puisses être le plus fier."

 

Albert Jacquard, A toi qui n'est pas encore né.

histoire géo einstein

"Moins d'histoire et de chronologie, ça ne va pas faire des jeunes gens modernes, ça va faire des jeunes gens amnésiques, consensuels et obéissants

Régis Debray

 

 

"Les véritables hommes de progrès ont pour point de départ un respect profond du passé"

Ernest Renan

 

 

11 janvier 2017 3 11 /01 /janvier /2017 11:19

Abbaye de Fronfroide (Département de l'Aude, France)

 

Les premières en date de ces règles occidentales, celle d'Augustin, remontent au IVè siècle et la plus connue attribuée à Benoît de Nursie. (…) Ces associations (les monastères) autonomes qui s'égrènent sur quinze siècles présentent les propriétés qu'on reconnaît non aux choses mais aux corps vivants: la stabilité (ils résistent à ce qui pourrait les démolir aisément), la solidité, preuve de solidarité entre ses constituants, la cohérence, pour ne pas dire la cohésion, et la figurabilité (un faciès propre à chacun).

Levons de suite un quiproquo. Le moine (du grec monos, seul) n'est pas celui qui vit seul, à part, en anachorète, mais celui qui cherche à se sanctifier en s'unifiant lui-même. Le péché est éparpillement. Les frères sont disponibles mais suroccupés, avec un horaire qui ne paraît pas laisser de temps mort (cuisine, vaisselle, lessive, intendance, travail de la terre, offices etc.). (…)

Chacun des trois vœux solennels du profès1 est un cri d'insoumission, un gant jeté à notre nouvel ordre moral: la chasteté, un défi à l'obligation de « jouissez sans entraves »; la pauvreté, à l'arrogance économique; l'obéissance, aux fastidieux devoirs de scandale. (...)La recherche en intimité de l'Un salvateur – l'union à Dieu et l'unité en soi – n'implique pas l'isolement physique. Comme s'il fallait se mettre à plusieurs pour atteindre au recueillement, rassembler son cœur et ses forces. (…) « La première espèce de moines, dit la règle de St Benoît, est celle des cénobites, c'est-à-dire de ceux qui vivent en commun dans un monastère et combattent sous une règle et un abbé. »

(…) Tout espace clos commande la vertu parce que la survie d'un microcosme2 étanchéisé dépend de sa discipline (...)

L'assemblée médiévale des frères applique depuis le VIè siècle le principe de l'élection pour désigner le supérieur (qui n'apparaît dans les communes qu'en 1143). Élection consensuelle, visant à l'unanimité, après longue discussion. Les cisterciens ont inauguré le vote à bulletin secret, et les dominicains, le vote à la majorité simple.(...)

Très longue est la liste de ce que nous devons aux frères des villes et des clairières: nos meilleurs collèges (Oxford et Cambridge), nos écoles militaires, nos maisons de retraite, notre hôtellerie, nos ladreries3, orphelinats, bibliothèques, asiles de fous, nos hospices et nos hôpitaux. Ajoutons-y pèle-mêle, la gastronomie, le réseau routier (ponts, quais, viaducs compris), l'agriculture et l'agronomie, les eaux et forêts, la papeterie (proche des moulins à eau), la bière (inventée au IXè siècle, les premières brasseries ayant été des couvents, et la bière trappiste gardant la palme), le whisky, né dans les monastères d'Écosse (sans doute du besoin d'alcooliser l'eau par mesure d'hygiène), en plus du houblon et de l'orge, la vigne et le vin (nécessaire à l'eucharistie), le marquage du temps (l'horloge mécanique, progrès technique décisif, inventée pour calculer et synchroniser les offices). Un bouffeur de curés emprunte sa langue aux moines chaque fois qu'il parle de déjeûner (rompre le jeûne), de sa profession (déclaration de foi), sa pitance (la portion du moine), qu'il rejette toute capitulation (le compromis passé entre l'abbé et ses subordonnés, les moins capitulaires)qu'il veut avoir voix au chapitre ou pouvoir décompter les voix, s'agissant de bulletins récoltés par tel candidat (car le moine devait déclarer son opinion à haute et intelligible voix), à l'issu d'un scrutin (scrupuleux dénombrement de voix). N'oublions pas en chemin la lecture silencieuse qui a rompu avec un millénaire de lecture acoustique, à haute voix.

Régis debray, Le feu sacré, Chapitre Fraternité « l'exploit monastique », Folio-essais, 2003,

 

1- Personne qui fait ses voeux religieux

2- Image réduite du monde, société en miniature

3- Lieux pour soigner les lépreux

Partager cet article

Repost 0

commentaires