• : HISTOIRE-GÉO en LIBERTÉ
  • : Ce lieu permet d'approfondir les thèmes abordés en classe, de clarifier des points essentiels de méthodologie et d'affûter son esprit critique. Il est dédié aux esprits curieux qui ont soif de compréhension et de liberté intellectuelle.
  • Contact

"N'oublie pas de rechercher aussi le bonheur que procure une compréhension nouvelle, apportant un lien supplémentaire entre le monde et toi. Ce devrait être l'oeuvre à laquelle tu apportes le plus grand soin, et dont tu puisses être le plus fier."

 

Albert Jacquard, A toi qui n'est pas encore né.

"On se fait généralement du progrès une idée fort élémentaire"

 

Régine Pernoud (1909-1998), historienne

"Moins d'histoire et de chronologie, ça ne va pas faire des jeunes gens modernes, ça va faire des jeunes gens amnésiques, consensuels et obéissants

Régis Debray

 

 

"Les véritables hommes de progrès ont pour point de départ un respect profond du passé"

Ernest Renan

 

 

11 octobre 2016 2 11 /10 /octobre /2016 10:52

Introduction

Inventée par le Club de Rome dans les années 1970 la notion de développement durable cherche à concilier les progrès économiques et sociaux (éducation, santé, logement) tout en préservant l'environnement pour les générations à venir, par exemple en utilisant davantage les ressources renouvelables, c'est-à-dire dont les réserves sont inépuisables. Tout cela dans un contexte d'accroissement démographique très rapide à niveau mondial.

Si depuis les années 1990 de réels progrès ont été réalisés dans ce domaine, de grandes difficultés subsistent. Quels sont-ils et comment les expliquer ?

 

Partie 1 : les progrès

La prise de conscience des problèmes économiques et sociaux mais aussi environnementaux a débouché sur diverses prises de décisions. Dans le domaine écologique de grandes conférences internationales, Rio en 1992 ou Kyoto en 1997, ont permis à de nombreux pays de s'engager, par exemple concernant la réduction des émissions de GES (gaz à effet de serre) afin de lutter contre le réchauffement climatique. Les résultats sont encourageants bien qu'inégaux, l'Europe jouant le rôle de pilote dans ce cas précis.

Dans de nombreux pays, surtout développés, et grâce au concours d'ONG (organisation non gouvernementale comme Greenpeace) des mesures concrètes en faveur de l'environnement se sont multipliées : recyclage des déchets, normes anti-pollution (usines, véhicules), protection des espèces animales etc. Ponctuellement sont apparus les Ecoquartiers (doc 3), notamment dans les pays scandinaves – les plus avancés dans le D.D- qui réussissent à concilier les 3 piliers du développement durable. En effet l'habitat y est à énergie positive (plus d'énergie créée que consommée) tout en favorisant le développement économique et en offrant des services essentiels aux populations (écoles, crèches)

D'un point de vue social les Objectifs du Millénaire fixés par l'ONU en 2000 ont eu des résultats positifs puisque la grande pauvreté à reculé ainsi que la mortalité infantile et l'accès à l'eau potable s'est amélioré.

 

Partie 2 : les difficultés d'application

Toutefois, pour diverses raisons, bien des difficultés subsistent dans la mise en œuvre du D.D.

Tout d'abord on constate que le développement économique et social, piliers essentiels du D.D, sont très inégaux sur l'ensemble de la planète. L'Indice de développement humain (IDH) est très variable d'un pays à l'autre – les pays les moins avancés (PMA) connaissant une situation très préoccupante (doc 1). Mais les contrastes peuvent être aussi marqués d'une région à l'autre, comme en Chine (doc 2), et souvent même localement, d'un quartier à l'autre.

Si concilier les 3 piliers est tout à fait possible, comme le montre l’initiative Cambio verde à Curitiba au Brésil (échange de déchets contre de la nourriture, le tout créant des emplois), des contradictions apparaissent souvent, ralentissant la mise en place d'un développement durable.

Deux exemples l'illustrent : dans les pays en voie de développement et les pays émergents, la surexploitation des ressources naturelles (ressources forestières, halieutiques, minières ou pétrolières) est nécessaire pour le développement économique et social au moment où la population continue de croître très rapidement. Les enjeux écologiques sont clairement secondaires, la nature est parfois sacrifiée (déforestation en Amazonie ou Indonésie) aux besoins grandissants des habitants.

Dans les pays développés certains lobbys (ceux liés à la fabrication des emballages, au pétrole, au diesel, aux pesticides par ex.) peuvent venir contrarier des mesures pour mieux protéger l'environnement et la santé des citoyens. Le cas de la voiture fonctionnant à l'air comprimé est révélateur de certains blocages très forts, de même que l'exemple actuel du glyphosate.

 

Conclusion

L'idée de développement durable a donc fait du chemin depuis plus de 40 ans. De décisions concrètes ont déjà permis de freiner l'empreinte écologique tout en améliorant le sort de nombreuses personnes. Mais avec l'accroissement démographique qui se poursuit à un rythme soutenu et les intérêts contradictoires de certains acteurs puissants, les défis à relever sont encore immenses. De nombreux indicateurs montrent qu'il faudra aller beaucoup plus loin dans la remise en question de l'organisation des activités humaines et le partage des richesses.

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires