• : HISTOIRE-GÉO en LIBERTÉ
  • HISTOIRE-GÉO en LIBERTÉ
  • : Une source d'informations variées pour compléter les cours et aiguiser son esprit critique
  • Contact

"N'oublie pas de rechercher aussi le bonheur que procure une compréhension nouvelle, apportant un lien supplémentaire entre le monde et toi. Ce devrait être l'oeuvre à laquelle tu apportes le plus grand soin, et dont tu puisses être le plus fier."

 

Albert Jacquard, A toi qui n'est pas encore né.

histoire géo einstein

"Moins d'histoire et de chronologie, ça ne va pas faire des jeunes gens modernes, ça va faire des jeunes gens amnésiques, consensuels et obéissants

Régis Debray

 

 

"Les véritables hommes de progrès ont pour point de départ un respect profond du passé"

Ernest Renan

 

 

26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 15:08

Avant d'évoquer le corrigé proprement dit, quelques remarques:

1- Ce sujet traitait surtout de la dimension géopolitique de la puissance des Etats-Unis. Il ne fallait pas s'attarder sur la puissance économique (certes l'une des conditions de la puissance politique et militaire) ou financière.

2- Vos introductions manquent encore trop d'originalité, notamment quant à l'annonce du plan où vous vous contentez de répéter le sujet: "nous verrons dans un premier temps les aspects de la puissance américaine, puis dans un second temps ses limites". Quelle recherche ! Je vous avais fait déjà cette remarque lors du dernier DM... 

3- Je regrette que si peu d'élèves aient eu la curiosité d'aller consulter leur manuel pour enrichir leur argumentation ou leurs exemples ! Le travail est décidément trop superficiel ! Continuez comme cela et je crains de mauvaises surprises le jour de l'examen.

4- J'ai relevé 2 perles, dont une est malheureusement en train de devenir courante:
   
     - "la guerre du golf"  (Tiger Woods y a-t-il participé ?)
   
     -  "l'opération tempête du dessert" ... sans commentaire...

Leçon de ces perles ? L'orthographe n'est pas un détail, le sens d'une phrase peut être totalement modifié à cause d'une erreur dans ce domaine.


Le corrigé
 

Introduction

L'effondrement du bloc de l'Est, URSS en tête, dans les années 1989-1991, laissent aux seuls Etats-Unis le statut de superpuissance. Considérés comme les vainqueurs de la guerre froide, leur prestige est alors immense. Le rayonnement des Etats Unis est à la fois politique et diplomatique, mais aussi militaire économique et culturel.

Passe-t-on ainsi d'un monde bipolaire à un monde unipolaire ? Le nouvel ordre mondial n'amène -t-il toutefois pas de nouvelles menaces pour le géant américain ?

Nous verrons dans un premier temps que les EU disposent bel et bien de grands atouts pour peser sur l'équilibre géopolitique du monde, cela dit nous montrerons dans un deuxième temps qu'ils sont confrontés à des difficultés et que leur pouvoir n'est pas sans partage.

 

1- Un poids lourd pour l'équilibre du monde

 

A- Le rôle des EU dans le "nouvel ordre mondial"


La guerre froide terminée, les EU apparaissent comme la seule puissance capable d'intervenir à grande échelle dans le monde entier. D'après l'ex président Bill Clinton les EU doivent être les défenseurs de la paix et des valeurs liées à la démocratie. Ces dernières assoient la légitimité des actions des EU amenés à jouer selon certains observateurs le rôle de « gendarmes du monde ». Ce rôle permettant notamment d' éviter le danger de prolifération nucléaire, risque réel dans le monde de l'après guerre froide. C'est ainsi que dans les années 90 les responsables américains ont crée l'appellation « états voyous » pour les pays pouvant menacer sinon la paix du monde du moins celle de régions stratégiquement clés.

 

B- Les atouts géopolitiques


Les EU disposent de nombreux atouts pour peser sur l'ordre mondial, essentiellement une grande capacité d'intervention militaire. Leur positionnement stratégique est planétaire avec des flottes présentes sur tous les océans et mers du globe ains que des bases militaires sur divers continents. Rappellons aussi qu'ils sont à la tête de l'OTAN.

Leur puissance économique leur permet l'entretien d'une armée nombreuse et très bien équipée: leurs dépenses en armement correspondent d'ailleurs à environ la moitié des dépenses militaires dans le monde.

 

C- Interventions et succès retentissants: les EU bras armés de l'ONU ?


Sous couvert de l'ONU l'armée américaine joue le rôle principal dans la première guerre du Golfe en 1991, lors de l'opération « tempête du désert » suivie en direct par les médias mondiaux de l'époque. Il s'agissait de libérer le Koweit envahi par les troupes irakiennes durant l'été 1990. Un an plus tard en Somalie les GI's toujours sous couvert de l'ONU  s'interposent pour protéger les populations civiles.

D'un point de vue diplomatique les EU montrent leur supériorité notamment face à l'UE qui a du mal à faire entendre sa voix, du fait de nombreuses discordances entre les états membres. Ainsi c'est surtout grâce à l'action américaine que l'on doit la résolution du conflit en ex Yougoslavie (accords de Dayton en 95) ainsi que la signatures d'accords très prometteurs à Washington entre le chef de l'OLP et le premier ministre israelien de l'époque. C'était à ce moment là l'espoir d'une solution pacifique au conflit israelo-palestinien qui empoisonne les relations diplomatiques au proche et moyen Orient depuis des décennies.

En 1993 ils ont été à l'origine d'un traité pour éviter la prolifération nucléaire (avec par exemple certains pays de l'ex URSS), plus récemment ils ont fait pression sur la Corée du Nord afin d'obtenir plus de transparence dans ce domaine.

 

2- Une puissance contestée

 

A- Les menaces nouvelles et leurs effets


La menace terroriste déjà une réalité depuis les années 90 prend une autre dimension avec les attentats du 11 septembre 2001 revendiqués tardivement et de façon équivique par Al Qaida, mouvement  islamiste prônant l'action terroriste. Il y a véritablement un avant et un après 11 septembre. En effet ces évènements au delà de leur impact médiatique conduisent à un durcissement de la position américaine: le président Bush alors en exercice parle de mener une guerre contre le terrorisme, c'est le "hard power". Peu après, cela débouche sur l'invasion de l'Afghanistan (fin 2001) pour éradiquer le régime taliban soupçonné de soutenir les réseaux terroristes, vient en 2003 l'invasion, pour la seconde fois, de l'Irak.

 

B- Des alliés occidentaux non soumis


L'application de ce  « hard power » ne fait pas l'unanimité y compris dans les rangs alliés occidentaux.

Même si les attentats de 2001 provoquent un élan de solidarité envers les EU, les actions américaines postérieures divisent. C'est l'intervention en Irak qui suscite le plus de contreverses: les raisons invoqués pour l'intervention militaire sont loin de convaincre tous les alliés européens. La France, entre autre, s'élève contre une action unilatérale des EU dans ce pays.

Or ces derniers n'obtiennent pas l'aval de l'ONU, notamment du conseil de sécurité. C'est doncs seuls, aidés surtout de la Grande Bretagne, que les américains se lancent dans un  nouveau conflit.

Que cela soit en Irak ou en Afghanistan, la situation s'enlise et s'avère être plus difficile à résoudre que prévu. D'une certaine manière on assiste donc à l'échec relatif géostratégique de la politique américaine: les EU ne peuvent donc pas tout résoudre, encore moins seuls.

Pour terminer, il est à noter que les avancées de l'UE ainsi que la montée en puissance de grands pays émergents comme la Chine ou l'Inde tendent à créer des contre poids à "l'hyperpuissance" américaine, d'abord à niveau économique et aussi à niveau diplomatique.

 

Conclusion


Ainsi on s'aperçoit que la contestation islamique a dans un premier temps entraîné une réaction américaine laissant penser à une accentuation de sa domination. Mais dernièrement le changement de cap d'Obama en matière diplomatique tend à montrer que les Etats-Unis ne souhaitent plus tenter de maintenir seuls l'équilibre du monde. Le nouvel ordre mondial ressemble de moins en moins à un système unipolaire, il s'agit plutôt d'un système multipolaire dominé par une superpuissance.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires