• : HISTOIRE-GÉO en LIBERTÉ
  • : Ce lieu permet d'approfondir les thèmes abordés en classe, de clarifier des points essentiels de méthodologie et d'affûter son esprit critique. Il est dédié aux esprits curieux qui ont soif de compréhension et de liberté intellectuelle.
  • Contact

"N'oublie pas de rechercher aussi le bonheur que procure une compréhension nouvelle, apportant un lien supplémentaire entre le monde et toi. Ce devrait être l'oeuvre à laquelle tu apportes le plus grand soin, et dont tu puisses être le plus fier."

 

Albert Jacquard, A toi qui n'est pas encore né.

"On se fait généralement du progrès une idée fort élémentaire"

 

Régine Pernoud (1909-1998), historienne

"Moins d'histoire et de chronologie, ça ne va pas faire des jeunes gens modernes, ça va faire des jeunes gens amnésiques, consensuels et obéissants

Régis Debray

 

 

"Les véritables hommes de progrès ont pour point de départ un respect profond du passé"

Ernest Renan

 

 

6 juin 2016 1 06 /06 /juin /2016 12:06

 

Le sujet 

Pouvoir de l'Église et pouvoir seigneurial du XIe au XIIIe en Europe occidentale

Accroche de l'introduction: évoquer le contexte global de la période du moyen-âge central = une Europe chrétienne, essentiellement rurale et qui connaît l'âge d'or de la féodalité

Problématiques possibles:

  • Comment le pouvoir de l'Église et des seigneurs a-t-il évolué du XIe au XIIIe siècle ?

  • Comment l'Église et les seigneurs ont-ils tant pu influencer la vie durant le moyen-âge central ?

 

Mots clés:

banalités, cens, champart, charte de franchise, château fort, corvées, croisade des Albigeois, dîme,  donations pieuses, droit de ban, excommunication, féodalité, hérésie, paix de Dieu, Pape, présence réelle, réforme grégorienne, réserve, Salut , sacrement, seigneurie ...

Ecueils à éviter: évoquer seulement la France, glisser vers des considérations qui ne sont pas directement en lien avec la notion de pouvoir (évoquer le mouvement clunisien ou les progrès techniques agricoles ou encore les défrichements).

 

Plan possible

1- L'Eglise catholique: une influence politique, sociale et spirituelle majeure

A- Une institution influente politiquement et socialement 

  • La réforme Grégorienne / Grégoire VII: le pape entend être le chef de la chrétienté toute entière, donc aussi au-dessus des monarques. Il est désormais élu par le haut clergé

  • L'Eglise initiatrice des croisades contre les musulmans en Terre sainte et relais puissant pour la reconquista

  • Une influence sociale majeure: la paix de Dieu = limiter la violence inhérente à la société féodale / éduquer / soigner (hôtels Dieu) grâce à sa richesse matérielle de plus en plus grande (donations pieuses, dîme)

B- Un pouvoir spirituel profond: l'unique voie de Salut

  • Guider les âmes vers Dieu: entre espérance (vie éternelle, paradis, l'amour) et peurs (l'enfer, le diable, le péché). Des pratiques diverses (messes avec l'eucharistie, fêtes religieuses dont Pâques est la plus importante, pèlerinages etc.) parfois coercitives (excommunication, interdit)

  • Les églises, lieux du pouvoir religieux. Tout village possède une construction à vocation spirituelle. Elle rappelle la puissance de l'Eglise, surtout dans le cas des cathédrales dans les villes.

  • Lutter pour préserver l'unité de la foi catholique : le traitement des hérétiques (inquisition) et des juifs

2- Le temps de la féodalité: l'emprise importante des seigneurs

A- L'ascension irrésistible des grands aristocrates

  • Le délitement du pouvoir royal carolingien (causes internes et extérieures). Des seigneurs parfois plus puissants que les monarques.

  • La figure du seigneur domine la vie des populations, surtout rurales: le chevalier et le château fort, c'est-à-dire les symboles de la force militaire.

B- Les expressions du pouvoir seigneurial

  • Le droit de ban (droits de mutations, banalités)

  • Le droit de propriété (champart, cens, corvées pour mettre en valeur la réserve seigneuriale)

C- L'atténuation de la domination à partir du milieu du XII e siècle

- Les chartes de Franchise comprises comme des concessions faîtes aux masses laborieuses par les seigneurs.

 

Conclusion

Synthétiser l'essentiel. Exprimer une hiérarchisation entre le pouvoir de l'Eglise et celui des seigneurs et en notant que le premier était le seul capable de modérer les appétits de la noblesse souvent brutale et profitant de sa force pour commettre tous types d'exactions. Finir le devoir en notant que le pouvoir royal s'affirme un peu partout en Europe occidentale sous des formes diverses.

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires