• : HISTOIRE-GÉO en LIBERTÉ
  • HISTOIRE-GÉO en LIBERTÉ
  • : Une source d'informations variées pour compléter les cours et aiguiser son esprit critique
  • Contact

"N'oublie pas de rechercher aussi le bonheur que procure une compréhension nouvelle, apportant un lien supplémentaire entre le monde et toi. Ce devrait être l'oeuvre à laquelle tu apportes le plus grand soin, et dont tu puisses être le plus fier."

 

Albert Jacquard, A toi qui n'est pas encore né.

histoire géo einstein

"Moins d'histoire et de chronologie, ça ne va pas faire des jeunes gens modernes, ça va faire des jeunes gens amnésiques, consensuels et obéissants

Régis Debray

 

 

"Les véritables hommes de progrès ont pour point de départ un respect profond du passé"

Ernest Renan

 

 

7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 21:45

Blanche2

ON pourrait multiplier les exemples de détails fournis par l'histoire du droit et celle des moeurs attestant la dégradation de la place tenue par la femme entre les coutumes féodales (1) et le triomphe d'une législation "à la romaine" dont notre code est encore imprégné. Si bien qu'au temps où les moralistes voulaient voir "la femme au foyer", il eût été plus indiqué de renverser la proposition et d'exiger que le foyer fût à la femme.

La réaction n'est venue qu'en notre temps.  Elle est d'ailleurs disons-le, fort décevante: tout se passe comme si la femme, éperdue de satisfaction à l'idée d'avoir pénétré le monde masculin, demeurait incapable de l'effort d'imagination supplémentaire qu'il lui faudrait pour apporter à ce monde sa marque propre, celle qui précisément fait défaut à notre société. Il lui suffit d'imiter l'homme, d'être jugée capable d'exercer les mêmes métiers, d'adopter les comportements et les habitudes vestimentaires de son partenaire, sans même se poser la question de ce qui est en soi contestable et devrait être contesté. A se demander si elle n'est pas mue par une admiration inconsciente, et qu'on peut trouver excessive, d'un monde masculin qu'elle croit nécessaire et suffisant de copier avec autant d'exactitude  que possible, fût-ce en perdant elle-même son identité, en niant d'avance son originalité.

De telles constatations nous entraînent assez loin du monde féodal; elles peuvent en tout cas nous amener à souhaiter que ce monde féodal soit un peu mieux connu de celles qui croient de bonne foi que la femme "sort enfin du Moyen Age": elles ont beaucoup à faire pour retrouver la place qui fut la sienne au temps de la reine Aliénor (2) ou de la reine Blanche (3)...

Régine Pernoud, Pour en finir avec le Moyen Age, 1979

 

(1) L'auteur a multiplié les exemples montrant qu'au moyen âge, les femmes votaient (notamment dans les villes), avaient des responsabilités importantes au sein de l'Eglise (dans les monastères par exemple, où elles dirigeaient parfois les hommes), agissaient auprès des notaires (pour ouvrir un commerce) sans produire d'autorisation maritale, exerçaient des professions à priori "masculines" à l'époque: maîtresses d'école, médecins, apothicaires, plâtrières, teinturières, copites, miniaturistes, relieuses etc...

On apprend aussi que l'Eglise catholique s'est battue afin de réclamer la liberté pour ceux qui s'engageaient l'un envers l'autre, se montrant aussi indulgente pour tolérer la rupture des liens imposés de force. "Les progrès du libre choix des époux ont partout accompagné la diffusion du christianisme" (R. Pernoud)

(2) Aliénor d'Aquitaine (1122-1204) épouse de Louis VII au XIIè siècle

(3) Blanche de Castille (1188-1252), épouse de Louis VIII et mère de Louis IX.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

de vergnies 09/03/2015 22:04

Merci pour cet article .

electricien paris 09/03/2015 02:57

J'apprécie votre blog, n'hésitez pas a visiter le mien.
Cordialement