• : HISTOIRE-GÉO en LIBERTÉ
  • HISTOIRE-GÉO en LIBERTÉ
  • : Ce lieu permet d'approfondir les thèmes abordés en classe, de clarifier des points essentiels de méthodologie et d'affûter son esprit critique. Il est dédié aux esprits curieux qui ont soif de compréhension et de liberté intellectuelle.
  • Contact

"N'oublie pas de rechercher aussi le bonheur que procure une compréhension nouvelle, apportant un lien supplémentaire entre le monde et toi. Ce devrait être l'oeuvre à laquelle tu apportes le plus grand soin, et dont tu puisses être le plus fier."

 

Albert Jacquard, A toi qui n'est pas encore né.

histoire géo einstein

"Moins d'histoire et de chronologie, ça ne va pas faire des jeunes gens modernes, ça va faire des jeunes gens amnésiques, consensuels et obéissants

Régis Debray

 

 

"Les véritables hommes de progrès ont pour point de départ un respect profond du passé"

Ernest Renan

 

 

14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 00:27
 

Petit-fils de Louis XV auquel il succéda en 1774, Louis XVI n’était guère préparé à assumer la royauté. Imperméable aux idées nouvelles en dépit d’un réel intérêt pour le progrès des sciences et des techniques, de caractère indécis et influençable, le roi n’eut pas le courage de soutenir les réformes proposées par ses ministres : son règne est marqué par une série de crises politiques et économiques qui devaient aboutir à la destruction de l’Ancien Régime.
En 1789, il doit accepter sous la pression du tiers état la transformation des états généraux en Assemblée nationale ainsi que la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.
Sous l’influence de plus en plus forte de la reine Marie-Antoinette, il tente de s’opposer à l’inéluctable métamorphose de la France qui débute alors. Otage du peuple de Paris depuis les journées d’octobre 1789, blessé dans sa conscience notamment par la Constitution civile du clergé, il n’envisage jamais vraiment de compromis comme en témoigne sa fuite manquée de juin 1791 qui s’achève par son arrestation à Varennes et lui fait perdre définitivement la confiance du peuple.
Le 14 septembre 1791, il accepte la Constitution et jure fidélité à la nation : dépouillé de son pouvoir millénaire de droit divin, il n’est plus désormais que le
roi des Français

Auteur : Robert FOHR et Pascal TORRÈS

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires