• : HISTOIRE-GÉO en LIBERTÉ
  • HISTOIRE-GÉO en LIBERTÉ
  • : Une source d'informations variées pour compléter les cours et aiguiser son esprit critique
  • Contact

"N'oublie pas de rechercher aussi le bonheur que procure une compréhension nouvelle, apportant un lien supplémentaire entre le monde et toi. Ce devrait être l'oeuvre à laquelle tu apportes le plus grand soin, et dont tu puisses être le plus fier."

 

Albert Jacquard, A toi qui n'est pas encore né.

histoire géo einstein

"Moins d'histoire et de chronologie, ça ne va pas faire des jeunes gens modernes, ça va faire des jeunes gens amnésiques, consensuels et obéissants

Régis Debray

 

 

"Les véritables hommes de progrès ont pour point de départ un respect profond du passé"

Ernest Renan

 

 

28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 11:28

En fait depuis le rétablissement provisoire de la monarchie en 1815, le nom de "gauche" n'a plus jamais cessé de couvrir, pour l'essentiel, le simple refus philosophique (et psychologique) de toute tentation "conservatrice" ou "réactionnaire" ainsi que l'exhortation perpétuelle des individus et des peuples à faire "table rase" de leur encombrant passé (ou à défaut, à ne pas devoir s'en souvenir que sur le mode religieux de la "repentance").

Or il est évident que les premiers  théoriciens socialistes partageaient bien avec les libéraux un même refus révolutionnaire de l'ancien monde des castes et des aristocraties - celui des communautés agraires traditionnelles fondées sur l'inégalité de naissance, la famille patriarcale et la domination d'un pouvoir guerrier et religieux - il est non moins évident, en revanche qu'ils n'entendaient nullement remettre en question le fait communautaire lui-même.(...)

Il faut dire que pour les libéraux, il ne peut effectivement exister de processus d'émancipation véritable que sous la condition d'une rupture intégrale (sur le modèle de la révolte de l'adolescent) avec l'ensemble des contraintes et des obligations communautaires traditionnelles auxquelles l'existence de chaque être humain se trouve initialement soumise. Pour un libéral toujours soucieux, par définition, de garantir à chacun la possibilité de "jouir paisiblement de son indépendance privée" (Benjamin Constant), il va en effet de soi que toutes les formes d'appartenance ou d'identité qui n'ont pas été librement choisies par un sujet sont potentiellement oppressives et "discriminantes". C'est la raison pour laquelle aucun libéral authentique ne pourra jamais se reconnaître d'autre "patrie" que celle désormais constituée par le marché mondial sans frontière. (...) Dans la doctrine libérale, le marché se présente toujours, en effet, comme la seule instance de "socialisation" qui soit intégralement compatible avec la liberté individuelle dans la mesure où il n'exige, de la part des individus qu'il met en relation, aucun engagement moral ou affectif particulier ni, à fortiori, aucun contre-don. Or c'est justement cette représentation fantasmatique d'un sujet supposé n'accéder à la liberté authentique qu'à partir du moment où s'étant définitivement arraché à toutes ses "racines" et à toutes ses déterminations originaires il va pouvoir enfin travailler à se reconstruire "librement" et dans son intégralité.

Jean-Claude Michéa, Les mystères de la gauche

 

Questions

1- Qu'est-ce qui pour l'auteur est le fondement de l'appartenance à la gauche ?

2- Au XIXè siècle montrer qu'être de gauche signifie forcément être libéral.

3- En quoi s'opposer au libéralisme aujourd'hui apparaît-il comme réactionnaire ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Profhistgéo - dans DEBATS HISTORIQUES
commenter cet article

commentaires