• : HISTOIRE-GÉO en LIBERTÉ
  • : Ce lieu permet d'approfondir les thèmes abordés en classe, de clarifier des points essentiels de méthodologie et d'affûter son esprit critique. Il est dédié aux esprits curieux qui ont soif de compréhension et de liberté intellectuelle.
  • Contact

"N'oublie pas de rechercher aussi le bonheur que procure une compréhension nouvelle, apportant un lien supplémentaire entre le monde et toi. Ce devrait être l'oeuvre à laquelle tu apportes le plus grand soin, et dont tu puisses être le plus fier."

 

Albert Jacquard, A toi qui n'est pas encore né.

"On se fait généralement du progrès une idée fort élémentaire"

 

Régine Pernoud (1909-1998), historienne

"Moins d'histoire et de chronologie, ça ne va pas faire des jeunes gens modernes, ça va faire des jeunes gens amnésiques, consensuels et obéissants

Régis Debray

 

 

"Les véritables hommes de progrès ont pour point de départ un respect profond du passé"

Ernest Renan

 

 

10 octobre 2019 4 10 /10 /octobre /2019 11:35

En tant que scientifique qui a travaillé sur les problèmes des sciences de l’atmosphère, climat compris, pendant plus de 50 ans, je doute que la science soit en mesure de contribuer au discours actuel sur un changement climatique catastrophique qui serait provoqué par l’homme. Ce que je veux dire, c’est qu’il s’agit d’un problème politique et que, de ce fait, il est entre les mains du public, et plus particulièrement de la classe dirigeante. Pour l’essentiel, ces groupes ignorent tout des sciences du climat, et même de la science tout court. Confrontés à des informations contradictoires, ils peuvent choisir ce qu’ils veulent croire — ou se servir de la fausse affirmation selon laquelle « 97% des scientifiques sont d’accord » comme d’une béquille.

Un exemple simple illustre le problème. L’année 1998 a été un maximum dans la moyenne mondiale de température, par rapport à une moyenne de trente ans dans les stations météos. Mais depuis deux décennies, il n’y a plus de tendance significative, et les quelques changements survenus sont généralement beaucoup moins importants que ceux prévus par les modèles. Il y a de petites fluctuations, bien sûr, notamment une pointe de température associée au phénomène El Niño en 2014-2016, qui a été suivie d’une chute. De nombreux scientifiques des deux bords ont appelé « pause » cette absence de tendance. De leur côté, les promoteurs de l’alarmisme en ont profité pour affirmer que beaucoup des « années les plus chaudes enregistrées » dataient de cette période.

Peu de gens ont été capable de saisir qu’une telle observation ne contredit nullement l’existence d’une « pause ». Il est clair en effet que même si l’anomalie de température (c’est-à-dire l’écart par rapport à la moyenne sur 30 ans) était restée absolument la même après 1998, toutes les années suivantes auraient été les années les plus chaudes jamais enregistrées !
La vérité, c’est qu’un citoyen perspicace n’a pas besoin des détails de la science pour s’apercevoir que quelque chose ne va pas du tout dans cette histoire. Un tel citoyen peut ainsi observer que toutes les prescriptions censées permettre de lutter contre le réchauffement climatique sont bien antérieures à leur lien avec celui-ci. Des politiques très similaires impliquant le contrôle du secteur de l’énergie et l’élimination du charbon ont été proposées il y a longtemps, à une époque où on les justifiait par les inquiétudes sur les pluies acides et les craintes d’un… refroidissement global.
Ce citoyen peut aussi se demander pourquoi ces prescriptions politiques insistent invariablement sur la nécessité de se focaliser sur un et un seul des nombreux éléments qui concernent cette problématique du réchauffement (à savoir les niveaux de CO2). Pourquoi les alarmistes n’accordent-ils pas la même attention à la question de l’adaptation ? D’une manière générale, une telle approche serait pourtant à la fois moins chère et plus flexible, en plus d’impliquer un mode d’action dans lequel les êtres humains sont particulièrement doués — la preuve en est que nous sommes capables de vivre dans des régions qui vont de l’Arctique à l’équateur.
Si ce citoyen sait compter, il peut aussi se rendre compte qu’aucune des politiques proposées n’aura d’impact significatif sur le climat, indépendamment de ce que l’on pense de la physique sous-jacente. En réalité, il s’agit de nous demander des sacrifices qui n’auront en tout état de cause qu’un effet purement symbolique. Ce sera un simple affichage de vertu.
Si notre citoyen était, en outre, familier avec la nature de la science, il pourrait savoir que la quasi-totalité des preuves soi-disant définitives justifiant la panique ne sont pas réellement des preuves scientifiques. En réalité, une preuve (evidence) scientifique ne vaut que si elle permet des prévisions non ambiguës, et non pas simplement si elle nous est néfaste ou choquante. Certaines des soi-disant preuves sont à l’opposé de ce que la physique prévoit. Notre citoyen pourrait également savoir que la « certitude » n’est pas la marque de la science. Bien au contraire, celle-ci insiste sur la nécessité du scepticisme dans la recherche. C’est particulièrement vrai pour les sujets complexes et très jeunes tels que le climat, alors même que ceux qui se font les promoteurs du « problème climatique » affirment qu’ils savent avec certitude la cause du changement climatique, un simple bouton de contrôle qui serait le CO2. Un gaz qui se trouve par ailleurs être essentiel à la vie.

Tous ces éléments convergent pour affirmer le caractère politique de la question. Les détails peuvent certes différer d’un endroit à un autre. Ainsi, aux États-Unis le climat est en grande partie une question partisane : la gauche soutient « la lutte contre le changement climatique » parce qu’elle croit en un renforcement du pouvoir de l’État, alors que la droite a tendance à être sceptique parce qu’elle croit en la liberté individuelle. En Europe, le problème semble plutôt lié à l’opposition entre concentration de pouvoir et souveraineté. Dans ces deux régions toutefois, l’alarmisme climatique a en commun d’être devenu un élément central du politiquement correct. La crainte de s’en démarquer semble être particulièrement forte parmi les « élites éduquées ».

La prétendue « crise climatique » n’est nullement une question scientifique, malgré toutes les tentatives d’invoquer la soi-disant « autorité » de la science. S’inquiéter des implications que l’on impute à des fluctuations si petites qu’elles en sont virtuellement impossibles à mesurer, ainsi qu’à de douteuses observations de fluctuations de la température moyenne à la surface du globe, est une pure bêtise. Argumenter dessus, c’est lui faire trop d’honneur.

Il n’en est pas moins intéressant de savoir ce que la science nous dit. Rien dans les données aujourd’hui disponibles n’indique que quelque chose d’inédit est en train de se produire. Même le groupe de travail 1 du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climate (GIEC) onusien — la seule partie du GIEC à s’occuper de science — reconnaît que les phénomènes tels que les sécheresses, les inondations, les ouragans, et ainsi de suite, ne montrent aucune tendance perceptible. Certes, en raison du fait que les observations disponibles sont relativement récentes, il y en aura toujours pour aller un peu vers le haut ou vers le bas, mais rien de tout cela n’est inhabituel, ni ne peut être lié de façon claire à une augmentation du CO2.

La seule raison à l’inquiétude tient simplement à ce que les modèles (qui le plus souvent se trompent) suggèrent qu’il est « envisageable » qu’il y ait un problème. Il s’agit là d’une base extrêmement faible pour transformer toute la société, détruire le secteur de l’énergie, augmenter le prix de l’électricité tout en en réduisant la disponibilité, empêcher le développement des régions les plus pauvres du monde, gaspiller des milliards de dollars et favoriser la peur, voire l’hystérie.

Richard Lindzen,   professeur émérite en sciences de l’atmosphère, Massachusetts Institute of Technology.

Expansión, 19 septembre 2019

 

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2019 1 30 /09 /septembre /2019 17:19

paradoxe-francais

Un paradoxe français (Albin Michel 2008) de Simon Epstein, historien français qui réside à Jérusalem, bouscule nombre d’idées reçues et de clichés sur les années 1920,1930 et 1940, qui pèsent fortement sur les grands débats de société contemporains. L’auteur s’appuie sur des centaines de parcours individuels qu’il analyse sans parti pris tout en dénonçant les manipulations de l’histoire officielle depuis 1945.

Il montre, au rebours de croyances largement répandues, comment une partie de la gauche antiraciste des années 1920 et 1930, mobilisée autour de la LICA[1],  s’est massivement ralliée au pacifisme en 1938, avant de rejoindre le régime de Vichy ou les mouvements ultra collaborationnistes. A l’inverse, il souligne que la droite républicaine mais aussi  les partis « nationaux » – Camelots du roi ou Jeunesse patriotes – ont joué un rôle décisif  dans l’essor de la Résistance française à ses débuts.

I/ Exemples de personnalités du régime de Vichy venues de la gauche antiraciste

René Belin, numéro 2 de la CGT déclare à la revue anti-raciste « Droit de vivre » en juin 1939: « La classe ouvrière est profondément anti-raciste. Je suis entièrement d’accord avec l’action de la LICA ». Cela ne l’empêche pas de devenir ministre de la production industrielle et du travail du maréchal Pétain et de figurer parmi les signataires du statut des Juifs du 8 octobre 1940.

Gaston Bergery, membre du parti radical, écrit en 1936 « Le racisme et l’antisémitisme sont contraires à l’idée de Nation… C’est la diversion, le recherche du bouc émissaire, et c’est là une opération abominable ». Cependant, il vote les pleins pouvoirs à Pétain le 10 juillet 1940, devient un militant actif de la Révolution nationale et de la collaboration, avant d’être nommé ambassadeur du maréchal à Moscou puis à Ankara.

Georges Bonnet, député radical-socialiste, ministre des affaires étrangères en 1938 et 1939, président d’honneur du « Deuxième congrès international du rassemblement mondial contre le racisme » déclare en 1938 « La France doit donner l’hospitalité à tous ceux dont la vie est menacée ». Pourtant, lui aussi devient un notable de Vichy et approuve la rencontre de Montoire entre Pétain et Hitler dont il salue le « caractère historique » car « marquant le début d’une organisation nouvelle de l’Europe dans laquelle la France et l’Allemagne, chacune avec son génie, doivent tenir une place… »

Gratien Candace, député de gauche de la Guadeloupe proclame en janvier 1939 que « le racisme est la plus grande honte politique et sociale du XX ème siècle ». Lui aussi vote les pleins pouvoir au régime du maréchal Pétain et entre dans le « Conseil national » de Vichy.Charles Pivert, militant à la SFIO déclare lors d’un congrès de la LICA que « le fascisme comme le racisme, est un état de régression sociale ». Pourtant, il adhère sons l’occupation à une organisation collaborationniste « France-Europe » et écrit dans la revue « Germinal ». Eugène Frot, député socialiste, plusieurs fois ministre, est membre d’honneur « du centre de liaison des comités pour le statut des immigrés » (lié à la LICA). Il vote pour Pétain en juillet 1940, intègre le Conseil national de Vichy et « l’amicale lavaliste ».

II/ Intellectuels, écrivains, journalistes

L’auteur cite divers intellectuels et écrivains, connus pour leur engagement  humaniste et antiraciste, dans les années 1920-1930 qui se sont ralliés au régime de Vichy, par pacifisme, et ont soutenu, à des degré divers, le principe de collaboration : Georges Blondel, René Laforgue, Marcelle Capy, Jean Cocteau, Jean Giono, Maurice Rostand, Marcel Aymé,  Pierre Benoit, Jacques de Lacretelle, Marcel Jouhandeau, André Thérive.

Les journalistes sont nombreux à avoir ainsi basculé de la défense des bons sentiments humanitaires et anti-racistes à un soutien inconditionnel du régime du maréchal Pétain :Emile Roche et Pierre Dominique (« La République »), Robert de Beauplan, Stéphane Lauzanne (rédacteur en chef du Matin), Léon Bailby (Le Jour), Alain Laubreaux (l’Oeuvre,  journal de gauche avant l’occupation). Certains vont même prendre des positions pro-allemandes : Pierre-Antoine Cousteau (rédacteur en chef de Paris-Soir) ; Jean Luchaire (patron des Nouveaux Temps), homme de gauche dans les années 1920 et 1930, devenu hitlérien après l’occupation.

 

III/ Personnalités de l’ultra-collaboration

Deux sont particulièrement célèbres :

Marcel Déat, député SFIO, crée l’Union socialiste républicaine en 1935 et soutien le Front populaire, membre du comité de vigilance antifasciste, chantre de l’antiracisme dans les années 1920 et 1930 : « Il n’y a pas de pays qui soit plus réfractaire que la France à la notion de race, elle qui est l’admirable résultante historique de mélanges constants et de métissages indéfinis »… Les bons sentiments de Marcel Déat le conduisent au pacifisme (« Mourir pour Dantzig, non !), puis le transforment en partisan fanatique de la collaboration avec le Reich hitlérien.

Jacques Doriot dirige les Jeunesses communistes à partir de 1923, maire de Saint Denis en 1931, haut responsable du PCF, il crée sont parti populaire français en 1936. Dans les années 1920, il est l’avocat passionné de l’antimilitarisme et de l’anticolonialisme. Contrairement au reste du Parti communiste, il est proche de la LICA, condamne avec véhémence le racisme et l’antisémitisme. A partir de 1940, il prône l’intégration de la France dans l’Europe nationale socialiste, crée la légion française des volontaires qui combat en Russie aux côtés de la Wehrmacht.

L’auteur ne se limite pas à ces deux noms et présente le parcours de nombreuses personnalités, plusieurs centaines, venues de la gauche,  dans les années 1920-1930  le plus souvent socialistes ou communistes, qui ont ainsi basculé du culte des bons sentiments humanistes à l’engagement ultra-collaborationniste, par exemple  : Marc Augier(mouvement des auberges de jeunesse), Jean-Marie Marcel Capron (maire d’Alforville, PC), Jean-Marie Clamamus (maire de Bobigny, PC), Paul Perrin (député SFIO de la Seine), André Grisoni (radical-socialiste, maire de Courbevoie), Maurice Levillain (président du conseil général de la Seine – SFIO), Barthélémy Montagnon, Paul Rives (SFIO), René Château (député radical-socialiste, membre de la ligue des droits de l’homme), Claude Jamet (proche des communistes et des socialistes), Camille Planche (SFIO), Léon Emery (ligue des droits de l’homme, comité de vigilance anti-fasciste), George Dumoulin (CGT, SFIO), Maurice Ivan Sicard (venu de l’extrême gauche anti-fasciste), Pierre Thurotte (SFIO), Pierre Bonardi (LICA), Adrien Marquet (SFIO, maire de Bordeaux), etc.

IV/ Les origines nationalistes d’une partie de la Résistance

L’auteur pourfend la vision classique de la Résistance (supposée surtout de gauche) et démontre qu’elle trouve en grande partie ses origines dans la droite française, la droite républicaine mais aussi dans les mouvements nationalistes comme les Camelots du Roi, les Jeunesses Patriotes, dont de nombreux militants ont refusé de suivre Maurras lorsque celui-ci a approuvé l’accord de Munich, l’armistice et la Collaboration. Parmi ces initiateurs de la Résistance française se trouvent notamment D’Estienne d’Orves, Rémy, Pierre Fourcaud, Maurice Duclos, André Dewavrin, Loustanau-Lacau, Marie-Madeleine Fourcade, Colonel Groussard, Pierre Nord, le Colonel arnould, Henri Frenay, Pierre de Benouville,  Charles Vallin, les frères François et Henri d’Astier de la Vigerie, etc.

*                                              *                                              *

Ce livre de Simon Epstein renverse un pilier idéologique de la pensée dominante depuis 1945 . Il montre l’ambivalence de certains sentiments humanitaires affichés et souligne à quel point les professions de foi humanistes et la bonne conscience anti-racistes ne conduisent pas forcément au choix du courage et de la générosité. Voilà pourquoi cet ouvrage audacieux, dérangeant, a été reçu dans le silence et l’indifférence.

Maxime TANDONNET

[1] Ligue internationale contre l’antisémitisme, ancêtre de la LICRA

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2019 6 28 /09 /septembre /2019 08:13

Ces peurs ne sont que l'autre face d'un mensonge qui fut propagé par ignorance, pour les uns, et par intérêt pour les autres. Non, la globalisation ou la mondialisation ne fut pas, ne fut jamais « heureuse ». Le mythe du « doux commerce » venant se substituer aux conflits guerriers a été trop propagé pour ne pas laisser quelques traces... Mais à la vérité ce n'est qu'un mythe. Toujours, le navire de guerre a précédé le navire marchand. Les puissances dominantes ont en permanence usé de leur force pour s'ouvrir des marchés et modifier comme il leur convenait les termes de l'échange.

La mondialisation que nous avons connue depuis près de 40 ans a résulté de la combinaison de la globalisation financière qui s'est mise en place avec le détricotage des accords de Bretton Woods en 1973, et de la globalisation marchande, qui s'est incarnée dans le libre-échange. A chacune de leurs étapes, ces dernières ont imposé leur lots de violences et de guerre.

Nous en voyons aujourd'hui le résultat: une marche généralisée à la régression, tant économique que sociale, qui frappe d'abord les pays dits « riches » mais qui n'épargne pas ceux que l'on désigne comme des pays « émergents ». Elle conduit à une surexploitation des ressources naturelles plongeant plus d'un milliard et demi d'être humains dans des crises écologiques qui vont chaque jour empirant. Elle a provoqué la destruction du lien social dans un grand nombre de pays et confronté là aussi des masses innombrables au spectre de la guerre de tous contre tous, au choc d'un individualisme forcené qui laisse présager d'autres régressions, bien pires encore. De cette mondialisation, il a résulté des changements majeurs, rarement positifs, d'une telle ampleur que cela a conduit à la fétichiser. De phénomène historique, elle est apparue sous la plume de ses défenseurs comme un être doté de conscience et d'omniscience, capable de réaliser le bonheur de tous. Quel mensonge et quelle dérision ! On nous a fait oublier que, produit de l'action humaine, elle était condamnée à connaître le sort es autres produits de l'action humaine, et donc à disparaîre. On a voulu la comparer à une force transcendante pour mieux masquer les intérêts qu'elle a servis. En ceci il faut voir une capitulation de la pensée.

Jacques Sapir, La démondialisation, 2012, Ed. Seuil

 

 

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2019 5 20 /09 /septembre /2019 07:02

Une réflexion profonde sur les travers d'un monde "ouvert", "sans frontières".

 
Partager cet article
Repost0
19 septembre 2019 4 19 /09 /septembre /2019 12:03

Une nouvelle étude de la NASA indique qu'une augmentation de l'accumulation de neige en Antarctique amorcée il y a 10 000 ans ajoute actuellement suffisamment de glace sur le continent pour compenser les pertes accrues dues à la fonte des glaciers.

La recherche remet en cause les conclusions d'autres études, y compris le rapport 2013 du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), selon lequel l'Antarctique est en train de perdre de la glace terrestre.

Selon la nouvelle analyse des données satellitaires, la calotte glaciaire antarctique a enregistré un gain net de 112 milliards de tonnes de glace par an de 1992 à 2001. Ce gain net est tombé à 82 milliards de tonnes de glace par an entre 2003 et 2008.

«Nous sommes pour l’essentiel en accord avec d’autres études montrant une augmentation des rejets de glace dans la péninsule Antarctique et dans la région de Thwaites et Pine Island, dans l’Antarctique occidental», a déclaré Jay Zwally, glaciologue au Centre de vol spatial Goddard de la NASA à Greenbelt, Maryland, et auteur principal de l'étude, publiée le 30 octobre dans le Journal of Glaciology"Notre principal désaccord concerne l'Antarctique de l'Est et l'intérieur de l'Antarctique de l'Ouest. Nous y constatons un gain de glace supérieur aux pertes dans les autres zones." Zwally a ajouté que son équipe "a mesuré les faibles changements de hauteur sur de vastes zones, ainsi que la changements importants observés sur des zones plus petites. "

Les scientifiques calculent la croissance ou la contraction de la calotte de glace à partir des changements de hauteur de la surface mesurés par les altimètres satellites. Aux endroits où la quantité de nouvelles chutes de neige accumulées sur une couche de glace n’est pas égale au flux de glace vers l’océan, la hauteur de la surface change et la masse de la couche de glace augmente ou diminue.

Mais il ne faudra peut-être que quelques décennies pour que la croissance de l'Antarctique s'inverse, selon Zwally. «Si les pertes de la péninsule antarctique et de certaines parties de l'Antarctique occidental continuent d'augmenter au même rythme qu'au cours des deux dernières décennies, ces pertes rattraperont le gain à long terme de l'Antarctique oriental dans 20 ou 30 ans. - Je ne pense pas qu'il y aura suffisamment de neige pour compenser ces pertes. "

L'étude a analysé les modifications de la hauteur de surface de la calotte glaciaire antarctique mesurées par les altimètres radar de deux satellites de télédétection de l'Agence spatiale européenne (ERS) de 1992 à 2001, et par l'altimètre laser de l'altitude glaciaire, terrestre et terrestre de la NASA. Satellite (ICESat) de 2003 à 2008.

Zwally a déclaré que bien que d'autres scientifiques aient supposé que les gains d'altitude observés dans l'Antarctique oriental étaient dus à l'augmentation récente de l'accumulation de neige, son équipe a utilisé des données météorologiques à partir de 1979 pour montrer que les chutes de neige dans l'Antarctique oriental avaient en fait diminué de 11 milliards de tonnes par an. pendant les périodes ERS et ICESat. Ils ont également utilisé des informations sur l’accumulation de neige sur des dizaines de milliers d’années, extraites de carottes de glace par d’autres scientifiques, pour conclure que l’Antarctique de l’Est s’épaississait depuis très longtemps. 

«À la fin de la dernière période glaciaire, l'air s'est réchauffé et a transporté plus d'humidité sur le continent, doublant ainsi la quantité de neige déposée sur la calotte glaciaire», a déclaré Zwally.

Les chutes de neige supplémentaires qui ont commencé il y a 10 000 ans s'accumulent lentement sur la calotte glaciaire et se compactent en glace solide au fil des millénaires, ce qui a pour effet d'épaissir la glace dans l'Antarctique oriental et l'intérieur de l'Antarctique occidental d'environ 1,7 cm (0,7 pouce) par an en moyenne. Ce petit épaississement, qui dure depuis des milliers d’années et s’étend sur les vastes étendues de ces secteurs de l’Antarctique, correspond à un très important gain de glace - suffisamment pour compenser les pertes dues aux glaciers à fort débit dans d’autres parties du continent et réduire la mer mondiale. élévation de niveau.  

L'équipe de Zwally a calculé que le gain de masse résultant de l'épaississement de l'Antarctique oriental est resté stable de 200 milliards de tonnes par an entre 1992 et 2008, tandis que les pertes de glace des régions côtières de l'Antarctique occidental et de la péninsule Antarctique ont augmenté de 65 milliards de tonnes par an.

«La bonne nouvelle est que l’Antarctique ne contribue pas actuellement à l’élévation du niveau de la mer, mais qu’il éloigne 0,23 millimètre par an», a déclaré Zwally. «Mais c'est aussi une mauvaise nouvelle. Si les 0,27 millimètres par an d'élévation du niveau de la mer attribués à l'Antarctique dans le rapport du GIEC ne proviennent pas vraiment de l'Antarctique, il doit y avoir une autre contribution à l'élévation du niveau de la mer qui ne soit pas prise en compte. "

«La nouvelle étude met en évidence les difficultés rencontrées pour mesurer les faibles variations de la hauteur de la glace en Antarctique oriental», a déclaré Ben Smith, un glaciologue de l'Université de Washington à Seattle, qui n'a pas participé à l'étude de Zwally.

"Effectuer l'altimétrie avec précision pour de très grandes zones est extrêmement difficile, et certaines mesures de l'accumulation de neige doivent être effectuées indépendamment pour comprendre ce qui se passe dans ces endroits", a déclaré Smith. 

Pour aider à mesurer avec précision les changements en Antarctique, la NASA élabore le successeur de la mission ICESat, ICESat-2, dont le lancement est prévu en 2018. «ICESat-2 mesurera les changements de la couche de glace dans l'épaisseur d'un crayon n ° 2. », A déclaré Tom Neumann, glaciologue à Goddard et chercheur adjoint du projet ICESat-2. "Cela contribuera à résoudre le problème du bilan massique de l'Antarctique en fournissant un enregistrement à long terme des changements d'altitude.

30 octobre 2015 https://www.nasa.gov/feature/goddard/nasa-study-mass-gains-of-antarctic-ice-sheet-greater-than-losses

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2019 7 15 /09 /septembre /2019 21:38

Dans leur majorité, les migrants ne sont plus des ruraux analphabètes, comme lors des déplacements de masse des années 1960, mais des urbains scolarisés, qui ont pu accumuler un pécule (1). Autre tendance récente, nombre d'entre eux aspirent à circuler sans se sédentariser définitivement, avec une double nationalité ou des titres de séjour à entrées multiples. Plus les frontières leurs sont ouvertes et moins ils s'installent.

De nouveaux facteurs expliquent la forte hausse des migrations depuis une vingtaine d'années:

- la constitution d'un imaginaire migratoire (par le biais de la TV et du retour des migrants)

- la connaissance accrue des filières d'entrée dans les pays d'accueil

- la généralisation des passeports qui facilitent la sortie des pays d'origine

- l'existence de solidarités transnationales (diaporas)

- la baisse du coût des transports

- les besoins de main d'oeuvre dans les pays du Nord (2)

Quel que soit, cependant,  le pouvoir d'attraction que l'imaginaire libéral (et son culte de la marchandise) exerce directement sur les nouvelles classes moyennes du tiers-monde (ce que l'extrême gauche libérale appelle, pour sa part, "l'attrait d'une vie meilleure") on ne saurait négliger pour autant le rôle important que jouent, dans la construction de ces nouveaux flux migratoires, les différents réseaux capitalistes illégaux spécialisés dans l'acheminement de la main d'oeuvre clandestine en Europe. Ces réseaux afin de rentabiliser au maximum leur business n'hésitent plus désormais à organiser des "battues" dans les pays d'origine, destinées à convaincre leur "cheptel" potentiel (ce sont les termes techniques employés) d'émigrer au plus vite vers le paradis capitaliste occidental.(3)

Quant à l'idée récemment avancée par Miguel Benasayag - dans l'espoir, sans doute, de conférer ainsi une légitimité philosophique minimale aux nouvelles formes capitalistes de déplacement de la force de travail - et selon laquelle l'acte migratoire serait inscrit, comme tel, dans la nature humaine ("l'homme migre"), il est clair qu'il s'agit d'une façon particulièrement réductrice d'assimiler des processus historiques, politiques et anthropologiques qui n'ont aucun point commun.

JC Michéa, La double pensée,champ essai p185-186,2008

 

1- Ce "pécule" constitue en réalité le plus souvent une somme conséquente au regard des revenus des pays émetteurs. Cet argent est bien entendu nécessaire au paiement des divers passeurs dont les tarifs sont toujours très élevés.

2-Les nouveaux migrants de Catherine Withol de Wenden, L'histoire, janvier-mars 2008)

3- Les routes clandestines. L'Afrique des immigrés et des passeurs, Serge Daniel, Hachette 2008

 

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2019 2 10 /09 /septembre /2019 07:23

Voici quelques points méthodologiques essentiels pour réussir votre dossier d'EMC concernant "La liberté, les libertés dans la République française"


1- Faire une introduction soignée (voir le point méthodologique ici: http://gayraudb.over-blog.fr/article-point-methode-comment-rediger-une-bonne-introduction-34651468.html)


2- Faire apparaître un plan clair en sautant des lignes entre vos grandes parties et en revenant à la ligne pour les sous-parties.

3- Rédiger une conclusion qui répond clairement aux questionnements de l'introduction et ouvre à de nouvelles interrogations. 

4- Présenter des annexes - en fin de dossier - renvoyant bien aux informations que vous exposez. Ne vous contentez pas de les accumuler sans aucune référence (date, auteur) ni explication: il faut leur donner un titre et écrire un commentaire qui résume l'idée principale du document. Dans votre développement vous devez renvoyer le lecteur à une annexe de façon précise.

5-
Citer vos sources - en fin de dossier - c'est dire, pour l'essentiel, les sites internet que vous avez consultés
(par exemple celui du Sénat, d'un grand quotidien en ligne comme Libération ou Le Figaro etc.) S'il s'agit d'un article d'une encyclopédie, soyez précis sur le titre de ce dernier.


Le barème d'évaluation du travail de recherche est le suivant:

A- Qualité de l'introduction: 5 points
B- Le développement (le plan, la pertinence des informations, des analyses) : 10 points
C- Conclusion : 2 points

D- Annexes (au moins 2, au maximum 4): 2 points

E- Les sources : 1 point

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2019 1 02 /09 /septembre /2019 11:27

Apportez une attention particulière à l'écart existant entre les modèles prévisionnels (en pointillés) et les mesures effectuées.

Partager cet article
Repost0
31 août 2019 6 31 /08 /août /2019 12:25

inegal acces a la nourriture

Les cartes (...) ne sont ni objectives ni exhaustives, elles ne sont en rien le réel, mais son interprétation. La réalisation des cartes résulte d'une longue série de choix, de lectures subjectives, d'une manière de voir, parfois manipulatrice, bien souvent approximation. Une carte est une image graphique qui doit permettre une perception instantanée et une mémorisation facile de l'information représentée. (...)

Tout projet de carte renvoie le cartographe à la disponibilité, à la qualité et à la cohérence de ses sources. Les données statistiques sont à l'image des Etats qui les produisent. Exhaustives, comparables et à jour dans les Etats développées disposant d'appareils statistiques anciens et fiables, elles sont amnésiques, indisponibles, voire falsifiées, dans les Etats autoritaires ou totalitaires; indigentes et peu fiables dans les Etats les plus pauvres ooù même l'état civil fait parfois défaut. Cette hétérogénéité est en partie corrigée par les grands organismes internationaux et les acteurs privés, éditeurs de presse ou ONG qui publient régulièrement des rapports et annuaires. (...) Plus que jamais, il est indispensable de se livrer, pour une même donnée, aux comparaisons et aux critiques des sources.

M-F Durand, Atlas de la mondialisation. Comprendre l'espace mondial contemporain, 2010

 

Questions: pourquoi doit-on constamment conserver un regard critique lorsqu'on analyse une carte d'après M-F Durand ? Cela signifie-t-il une victoire du scepticisme ?

Partager cet article
Repost0
30 août 2019 5 30 /08 /août /2019 12:28

Globalisation-of-retail" Là où il y a un faible et un fort, c'est toujours le faible qui demande une frontière. L'idéologie du sans-frontiérisme c'est l'idéologie du riche et du fort"

Régis Debray, Les matins de France Culture, 2011

"L'abolition des frontières par la globalisation techno-économique crée un tel vide d'appartenance, un tel vertige d'anonymat que cela recrée par contre-croup et effet boomerang des traditions fantasmatiques, un culte de l'âge d'or, des origines; bref que l'hypermodernité crée de l'archaïsme à titre compensatoire. La mondialisation aboutit donc à une balkanisation politico-culturelle."

Debray, conférence sur "l'éloge des frontières" 2010

 

"L'horizon du consommateur se dilate, celui des électeurs se recroqueville. Pendant que le mantra deterritorialisation, quoique difficile à prononcer, résonne en maître dans nos colloques, le droit international "territorialise" la mer - l'ex-res-nullius - en trois zones distinctes (eaux territoriales, zone contigüe et zone économique exclusive). l'économie se globalise, le politique se provincialise. Avec le cellulaire, le GPS et l'internet, les antipodes deviennent mes voisinages, mais les voisins du township sortent les couteaux et s'entretuent de plus belle. C'est le grand écart. Rarement aura-t-on vu, dans l'histoire longue des crédulités occidentales, pareil hiatus entre notre état d'esprit et l'état des choses. Entre ce que nous tenons de souhaitable et ce qui est. Entre ce qui est dit dans l'Internationale universitaire des penseurs euro-américains, maigre substitut des Internationales ouvrières disparues, et ce qui sévit dans l'arène planétaire".

Régis Debray, Eloge des frontières, p20-21

 

 Quelles contradictions fondamentales le penseur français met-il en avant ? Quelles sont éventuellement les failles de son raisonnement ?

Partager cet article
Repost0