• : HISTOIRE-GÉO en LIBERTÉ
  • HISTOIRE-GÉO en LIBERTÉ
  • : Une source d'informations variées pour compléter les cours et aiguiser son esprit critique
  • Contact

"N'oublie pas de rechercher aussi le bonheur que procure une compréhension nouvelle, apportant un lien supplémentaire entre le monde et toi. Ce devrait être l'oeuvre à laquelle tu apportes le plus grand soin, et dont tu puisses être le plus fier."

 

Albert Jacquard, A toi qui n'est pas encore né.

histoire géo einstein

"Moins d'histoire et de chronologie, ça ne va pas faire des jeunes gens modernes, ça va faire des jeunes gens amnésiques, consensuels et obéissants

Régis Debray

 

 

"Les véritables hommes de progrès ont pour point de départ un respect profond du passé"

Ernest Renan

 

 

13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 13:36

Les Sumériens et leurs successeurs Akkadiens possédaient une culture exceptionnellement avancée, on leur doit notamment :

 

- la fondation des premières cités-États (Ur, Lagash, Uruk, Umma, etc.) ;

carte1

- le premier système politique à deux assemblées ;

- le travail du cuivre ;

- l'invention de la roue 

- l'utilisation de la brique dans la construction d'habitations ;

- la première architecture religieuse connue (temples puis ziggourats) ;

- le développement de la statuaire ;

IH020451- la glyptique (art de graver sur des pierres fines) ;

- l'écriture, à la base des chiffres, après pictographique, puis cunéiforme ;

Contrat 751px-Sales Shuruppak Louvre AO3760

- les mathématiques et l'écriture des nombres en système sexagésimal : numération sumérienne ;

- le premier système scolaire ;

- les premières formes d'esclavage ;

- le commerce et la notion d'argent ;

- l' invention de la bière (sikaru) et par la même occasion de l'alcool.

 

                                                                                                              Article Wikipédia

Repost 0
Published by Profhistgéo - dans Curiosités antiques
commenter cet article
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 19:54

Montrez que le terme "démocratie" peut s'avérer être flou et essayez d'enrichir l'analyse de Régis Debray en évoquant deux grands types de fonctionnement démocratique

Repost 0
Published by Profhistgéo - dans EMC Seconde
commenter cet article
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 21:36
Les trente glorieuses en France, un contexte de libération de la femme ?

En 1949 un ouvrage pionnier "le deuxième sexe" de Simone de Beauvoir fait scandale en dénonçant l'aliénation de la femme. Dans les années 60 les mouvements féministes se développement mais ils ont surtout un impact sur les milieux intellectuels.

Dans les années 70 le mouvement féministe se radicalise avec le M.LF. et contribue à faire évoluer la législation contre l'avortement, mais s'essoufle ensuite. Les femmes sont de plus en plus nombreuses à occuper un emploi: leur taux d'activité passe de 36% en 1954 à 45% en 1984, cette évolution étant surtout rapide depuis 1970.

Mais elle est ambigüe. Il ne faudrait pas l'identifier sommairement avec une conquête du féminisme. Certes, c'est les cas pour les femmes qui ont pu pousser des études plus loin que ne l'avaient fait leurs mères et qui peuvent se réaliser dans des activités valorisantes de cadres, enseignantes, médecins, avocates etc.

Néanmoins, pour beaucoup, l'exercice d'un métier est une nécessité économique qui n'enrichit pas la vie personnelle, mais ajoute aux fatigues d'un travail hors de la maison celle de la tenue d'un ménage: car en fait la répartition des tâches ménagères entre les hommes et les femmes n'évolue que lentement. Comme au XIXe siècle les femmes occupent les emplois les moisn rémunérés, et même à qualification égale, sont moins payées que les hommes et ont moins d'espoir de promotion.

P. Verley, Histoire Terminale, Belin, 1988

Repost 0
Published by Profhistgéo - dans Histoire 1ère
commenter cet article
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 21:45

Blanche2

ON pourrait multiplier les exemples de détails fournis par l'histoire du droit et celle des moeurs attestant la dégradation de la place tenue par la femme entre les coutumes féodales (1) et le triomphe d'une législation "à la romaine" dont notre code est encore imprégné. Si bien qu'au temps où les moralistes voulaient voir "la femme au foyer", il eût été plus indiqué de renverser la proposition et d'exiger que le foyer fût à la femme.

La réaction n'est venue qu'en notre temps.  Elle est d'ailleurs disons-le, fort décevante: tout se passe comme si la femme, éperdue de satisfaction à l'idée d'avoir pénétré le monde masculin, demeurait incapable de l'effort d'imagination supplémentaire qu'il lui faudrait pour apporter à ce monde sa marque propre, celle qui précisément fait défaut à notre société. Il lui suffit d'imiter l'homme, d'être jugée capable d'exercer les mêmes métiers, d'adopter les comportements et les habitudes vestimentaires de son partenaire, sans même se poser la question de ce qui est en soi contestable et devrait être contesté. A se demander si elle n'est pas mue par une admiration inconsciente, et qu'on peut trouver excessive, d'un monde masculin qu'elle croit nécessaire et suffisant de copier avec autant d'exactitude  que possible, fût-ce en perdant elle-même son identité, en niant d'avance son originalité.

De telles constatations nous entraînent assez loin du monde féodal; elles peuvent en tout cas nous amener à souhaiter que ce monde féodal soit un peu mieux connu de celles qui croient de bonne foi que la femme "sort enfin du Moyen Age": elles ont beaucoup à faire pour retrouver la place qui fut la sienne au temps de la reine Aliénor (2) ou de la reine Blanche (3)...

Régine Pernoud, Pour en finir avec le Moyen Age, 1979

 

(1) L'auteur a multiplié les exemples montrant qu'au moyen âge, les femmes votaient (notamment dans les villes), avaient des responsabilités importantes au sein de l'Eglise (dans les monastères par exemple, où elles dirigeaient parfois les hommes), agissaient auprès des notaires (pour ouvrir un commerce) sans produire d'autorisation maritale, exerçaient des professions à priori "masculines" à l'époque: maîtresses d'école, médecins, apothicaires, plâtrières, teinturières, copites, miniaturistes, relieuses etc...

On apprend aussi que l'Eglise catholique s'est battue afin de réclamer la liberté pour ceux qui s'engageaient l'un envers l'autre, se montrant aussi indulgente pour tolérer la rupture des liens imposés de force. "Les progrès du libre choix des époux ont partout accompagné la diffusion du christianisme" (R. Pernoud)

(2) Aliénor d'Aquitaine (1122-1204) épouse de Louis VII au XIIè siècle

(3) Blanche de Castille (1188-1252), épouse de Louis VIII et mère de Louis IX.

Repost 0
10 décembre 2014 3 10 /12 /décembre /2014 21:45

Globalisation-of-retail" Là où il y a un faible et un fort, c'est toujours le faible qui demande une frontière. L'idéologie du sans-frontiérisme c'est l'idéologie du riche et du fort"

Régis Debray, Les matins de France Culture, 2011

"L'abolition des frontières par la globalisation techno-économique crée un tel vide d'appartenance, un tel vertige d'anonymat que cela recrée par contre-croup et effet boomerang des traditions fantasmatiques, un culte de l'âge d'or, des origines; bref que l'hypermodernité crée de l'archaïsme à titre compensatoire. La mondialisation aboutit donc à une balkanisation politico-culturelle."

Debray, conférence sur "l'éloge des frontières" 2010

 

"L'horizon du consommateur se dilate, celui des électeurs se recroqueville. Pendant que le mantra deterritorialisation, quoique difficile à prononcer, résonne en maître dans nos colloques, le droit international "territorialise" la mer - l'ex-res-nullius - en trois zones distinctes (eaux territoriales, zone contigüe et zone économique exclusive). l'économie se globalise, le politique se provincialise. Avec le cellulaire, le GPS et l'internet, les antipodes deviennent mes voisinages, mais les voisins du township sortent les couteaux et s'entretuent de plus belle. C'est le grand écart. Rarement aura-t-on vu, dans l'histoire longue des crédulités occidentales, pareil hiatus entre notre état d'esprit et l'état des choses. Entre ce que nous tenons de souhaitable et ce qui est. Entre ce qui est dit dans l'Internationale universitaire des penseurs euro-américains, maigre substitut des Internationales ouvrières disparues, et ce qui sévit dans l'arène planétaire".

Régis Debray, Eloge des frontières, p20-21

 

 Quelles contradictions fondamentales le penseur français met-il en avant ? Quelles sont éventuellement les failles de son raisonnement ?

Repost 0
Published by Profhistgéo - dans Mondialisation Terminale
commenter cet article
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 13:39

L'Empire du milieu représente en effet aujourd'hui 16,5% de l'économie mondiale en terme de pouvoir d'achat réel, devant les 16,3% des Etats-Unis.

«C'est officiel: l'Amérique est maintenant numéro deux». Voilà le constat de l'éditoraliste américain Brett Arends, dans son article pour Market Watch publié en fin de semaine dernière. La Chine occupe désormais la première place en tant que puissance économique mondiale, volant la vedette aux Etats-Unis. «Cela vient d'arriver, et presque personne n'a remarqué», note le journaliste, qui met en avant des chiffres publiés par le FMI. «La nouvelle a curieusement peu retenu l'attention», soulignait déjà Le Figaro en octobre dernier, quand les chiffres sont sortis. 

 La Chine représente en effet aujourd'hui 16,5% de l'économie mondiale en terme de pouvoir d'achat réel, devant les 16,3% des Etats-Unis. Pour comparer les performances économiques des différents pays, le Fonds Monétaire International s'appuie sur les parités de pouvoir d'achat (PPA). Ces PPA indiquent ce que l'on peut réellement acheter avec la monnaie. Un café a donc la même valeur à New York qu'à Pékin. Les Etats-Unis occupaient la position de leader incontesté depuis 1872, lorsqu'ils ont eux-même détrôné la Grande-Bretagne. L'année dernière, c'est en terme de commerce mondial que la Chine revendiquait la place de leader mondial, avec plus de 4000 milliards de dollars d'échanges en 2013. 

L'écart va continuer à se creuser. Selon les prévisions du FMI, la Chine atteindrait 26.800 milliards de dollars de richesse nationale en 2019, contre 22.000 milliards pour les Etats-Unis. «Ne vous y trompez pas: ceci est un tremblement de terre géopolitique», alerte Brett Arends. Le journaliste appelle à voir à long terme. «Nous avons vécu dans un monde dominé par les Etats-Unis depuis le dernier XIXe siècle. Et nous avons vécu pendant 200 ans, depuis la bataille de Waterloo en 1815, dans un monde dominé par deux pays raisonnablement démocratiques en Grande-Bretagne et les États-Unis. Pour tous leurs défauts, les deux pays ont été dans l'avant-garde dans le monde entier en termes de libertés civiques, des processus démocratiques et des droits constitutionnels.», conclut-il. 

 

Le Figaro, 9 décembre 2014

Repost 0
Published by Profhistgéo - dans Mondialisation Terminale
commenter cet article
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 12:17

On a appelé Optimum médiéval une période globalement chaude comparée à celles qui l'ont précédé et suivie, identifiée en Europe, et donc l'acmé se situe aux alentours de l'an mil. (...)

Il n'y avait bien sûr à l'époque aucun relevé thermométrique. Par contre, la documentation historique permet de dégager une quantité d'informations importante, comme les descriptions du temps qu'il faisait, ses effets, les types de cultures, les dates des moissons, avec de plus, une couverture des territoires assez fine. C'est ainsi que l'on a pour habitude de souligner que le vignoble européen s'est étendu à l'époque de "500 km au-delà de sa limite septentrionale actuelle": la vigne est alors cultivée dans des régions d'Europe qui ne le connaissaient pas auparavant, comme la Belgique dès le IXème siècle, l'Angleterre, l'Allemagne, vant d'en dispraître largement, en subsistant parfois dans certains lieux plus favorables que d'autres. (...) Ainsi, (...) la culture des oliviers s'est étendue vers le nord dans la vallée du Rhône parce qu'il y a avait un marché qui se développait.

graphique900-2000

 

(...) L'existence d'un Petit âge de glace est elle aussi bien documentée en Europe, tant dans les archives historiques que par l'étude des paléoenvironnements. L'un des faits les plus marquants, qui lui a valu son nom, est la progression des glaciers qui ont crû en taille et en volume, jusqu'à sérieusement menacer des villages des vallées alpines (...)

Ces deux évènements sont extrêmement bien documentés pour l'Europe, où ils ont d'abord été identifés. L'enjeu est de savoir s'ils n'ont été que des phénomènes régionaux ou si leur ampleur est mondiale.(...)

Tout se passe comme si les paléoclimatologues influents et reconnus cherchaient à tout prix à minorer voire à faire dispraître l'Optimum médiéval, en le cantonnant à l'Europe et en niant son caractère global, et à faire de l'évolution récente du climat, en l'occurrence des températures, un évènement encore jamais vu depuis, avance-t-on parfois, dix millénaires. Si tel est le cas, la concentration atmosphérique en CO2 ayant été elle aussi, nous dit-on, d'une grande stabilité avant l'augmentation commencée à la révolution industrielle, la corrélation entre température et CO2 est excellente sur tout le dernier millénaire et même au-delà. Mais si au contraire la température moyenne globale a connu d'importantes fluctuations, avec un Optimum médiéval et un Petit âge de glace d'extension mondiale, alors la corrélation devient difficile à soutenir et la relation de cause à effet entre activités humaines et réchauffement récent beaucoup moins évidente.

Car si la température a pu fluctuer de manière assez importante à CO2 constant, à cause d'un ou plusieurs autres facteurs, alors il pourrait en être de même actuellement, ce qu'on observe depuis 150 ans relevant, dans ce cas, de la variabilité naturelle du climat.

Hacène Arezki, Climat mensonges et propagande, Editions T. Souccar, 2013

Repost 0
Published by Profhistgéo - dans Géographie seconde
commenter cet article
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 10:53

18643587Le sujet de l'évolution récente du système climatique est le plus souvent traité par le biais de symboles forts aisément reconnaissables, qui font sens immédiatement aux yeux du grand public.

Le film d'Al Gore Une vérité qui dérange (An inconvenient truth) est un excellent exemple de leur utilisation, même si pour cela il faut être en dehors de ce que dit la science. Dès 1992, AL Gore déclarait qu'il n'y avait plus à débattre, que les faits étaient scientifiquement établis. On ne peut dès lors s'étonner du contenu du film, que l'on nous présente comme un documentaire et qui est plutôt une fiction documentaire (...).

Au Royaume-Uni, pour sensibiliser le jeune public, le film était projeté dans les écoles, jusqu'à ce qu'une plainte soit déposée. La Justice britannique ayant reconnnu des "erreurs" dans le film, n'en a pas interdit la diffusion, mais a demandé qu'un avertissement en précède le visionnage. 9 "erreurs" sont reconnues par la Justice, là où d'autres ont été repertoriées. 

1-Al Gore fait un lien entre le changement climatique et le puissant cyclone Katrina alors que l'Organisation Météorologique Mondiale assure que l'on n'est pas en mesure de prévoir une hausse de l'activité cyclonique avec un climat plus chaud. Le passé montre d'ailleurs la violence du temps associée à tout refroidissement.

2- Le spectre d'un arrêt du Gulf Stream est brandi, alors même qu'un tel scénario est totalement impossible.

3- Le film annonce même une hausse du niveau de la mer de 6 mètres, suite à la fonte accélérée du Groenland et de l'ouest de l'Antarctique. Le comportement de ces vastes calottes de glaces est incertain, et même si la fonte était avérée, il faudrait des milliers d'années pour atteindre une telle valeur. (...)

Montrer le réchauffement du climat étant délicat, il est souvent fait appel aux glaciers de montagne, pour lesquels on dispose parfois d'une riche iconographie. Sont alors mis en parallèle des photographies récentes et d'autres prises il y a quelques décennies, jusqu'à un siècle, la comparaison, qui montre le plus souvent un net recul, devant servir de preuve à l'effet des activités humaines sur le climat. Mais ce n'est là qu'enfoncer des portes ouvertes. Le réchauffement ayant eu lieu depuis 150 ans n'est pas contesté et a eu pour effet ce recul, qui ne prouve rien quant à une éventuelle responsabilité des activités humaines. (...) Les glaciers, surtout pris individuellement, ne sont que de très imparfaits indicateurs d'un éventuel réchauffement, car ils s'intègrent dans leur comportement toutes les variables de l'évolution climatique et non les seules températures. Le Cas emblématique du Kilimandjaro en est une excellente illustration.(1)

Hacène Arezki, Climat mensonge et propagande, T. Souccar Editions, 2013

 

(1) Un réchauffement qui n'est d'ailleurs pas constaté avec les mesures dont on dispose, ne serait pas à même de faire fondre ces glaces mythiques. Les pertes ont lieu ici par sublimation, c'est à dire passage direct de la glace à la vapeur d'eau. S'il y a recul des glaciers relictuels du toit de l'Afrique, c'est simplement que l'alimentation en neige est inférieures aux pertes par sublimation. Ce déséquilibre date du début du XXème siècle et l'ancienneté du retrait plaide d'ailleurs pour des causes naturelles, puisque le réchauffement anthropique débute selon le GIEC durant les années 1990.

Repost 0
Published by Profhistgéo - dans Géographie seconde
commenter cet article
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 21:55

 
Préjugés

Repost 0
Published by Profhistgéo - dans Mondialisation Terminale
commenter cet article
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 21:44
Repost 0
Published by Profhistgéo - dans DNL espagnol
commenter cet article