• : HISTOIRE-GÉO en LIBERTÉ
  • HISTOIRE-GÉO en LIBERTÉ
  • : Une source d'informations variées pour compléter les cours et aiguiser son esprit critique
  • Contact

"N'oublie pas de rechercher aussi le bonheur que procure une compréhension nouvelle, apportant un lien supplémentaire entre le monde et toi. Ce devrait être l'oeuvre à laquelle tu apportes le plus grand soin, et dont tu puisses être le plus fier."

 

Albert Jacquard, A toi qui n'est pas encore né.

histoire géo einstein

"Moins d'histoire et de chronologie, ça ne va pas faire des jeunes gens modernes, ça va faire des jeunes gens amnésiques, consensuels et obéissants

Régis Debray

 

 

"Les véritables hommes de progrès ont pour point de départ un respect profond du passé"

Ernest Renan

 

 

21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 14:20

Repost 0
Published by Profhistgéo - dans Etats-Unis Géo Amérique
commenter cet article
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 21:19
Repost 0
Published by Profhistgéo - dans Etats-Unis Géo Amérique
commenter cet article
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 16:30
Ce croquis complète assez bien celui réalisé en cours. Je vous conseille de l'imprimer ou du moins de le consulter attentivement pour intégrer non seulement les informations mais aussi les clés du langage cartographique.

croquis façade atlantique amérique nord






Repost 0
Published by Profhistgéo - dans Géo Amérique
commenter cet article
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 12:57

L'American way of life (en français : mode de vie à l'américaine) est une expression désignant le mode de vie américain qui s'est développé au XXe siècle et qui repose sur la consommation de masse. Celle-ci prend plusieurs formes : loisirs, objets de la vie quotidienne (alimentation, électroménager...), codes vestimentaires (jeans, costume...), informations pour l'individu, mais aussi surexploitation des ressources naturelles (eau, pétrole, ressources forestières).

Le terme a été largement commenté depuis la déclaration de George Bush Sr (père de George W. Bush), en 1992, estimant que rien ne ferait renoncer son gouvernement à défendre l’American way of life (« le mode de vie des Américains n'est pas négociable »), interprétée dans le contexte de la guerre en Irak par la consommation rapide des ressources naturelles de la planète.

Si tous les habitants de la Terre avaient le même mode de vie qu'un Américain du nord, il faudrait six planètes comme la Terre pour nourrir tous ses habitants. En effet, l'empreinte écologique d'un Américain du nord correspond à six fois la capacité biologique de la Terre

L'American way of life est aussi illustrée par des artistes comme Norman Rockwell.

Historique

Le développement de l'American way of life en Europe et dans le monde est un phénomène lié au XXe siècle. L'aide que procura l'armée américaine au cours de la Première Guerre mondiale, où elle fut particulièrement efficace sur l'organisation logistique, dans le centre de la France par exemple, commença à éveiller un intérêt pour cette culture nouvelle.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'effort de production des armements nécessaires au débarquement de Normandie fut le plus grand projet industriel jamais mené en un temps aussi court par une nation.

À la Libération, les Américains bénéficièrent ainsi d'un prestige considérable, qu'ils réussirent à négocier auprès des pays européens. L'accord Blum-Byrnes (1946) par exemple, outre l'aide financière qu'il accordait à la France, comportait l'autorisation de faire projeter des films américains dans les salles de cinéma françaises. D'autres produits de grande consommation se répandirent en Europe : chewing-gum, Coca-Cola, ... diffusant une forme américaine de culture de masse. Le paradoxe de Leontief exprime, sous forme de théorie économique, le fait que les États-Unis sont parvenus à exporter des biens moins intensifs en capital que ne le sont leurs importations.

Aujourd'hui

L'arrivée du réseau internet pose également ce genre de questions, autour de l'identité culturelle, et du droit de la propriété intellectuelle

Repost 0
Published by Profhistgéo - dans Géo Amérique Etats-Unis
commenter cet article
15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 19:40

Benoît Richard

L’économie américaine est celle d’un géant qui dépasse en taille et en poids tous les autres pays du globe. Mais elle est aujourd’hui menacée par une fragilité accrue et un endettement massif envers les autres pays. Plus qu’une économie impériale, les Etats-Unis développent une dépendance croissante envers le reste du monde.

 

S’il est un secteur qui résume et symbolise à la fois l’hégémonie américaine, c’est bien celui de l’économie. En la matière, les Etats-Unis sont un géant qui dépasse, par la taille et par le poids, tous leurs concurrents.
Le PIB américain, 12 400 milliards de dollars en 2005, représente autant que celui des sept autres économies réunies au sein du G8 (Allemagne, Canada, France, Italie, Japon, Royaume-Uni, Russie). Et cette prépondérance est loin de s’affaiblir. Entre 1997 et 2001, le PIB américain a augmenté de 23 %. Aucune autre économie du G8 n’a fait mieux.
L’économie a joué un rôle central dans l’accession des Etats-Unis au statut de puissance impériale. En effet, ce n’est pas un plan délibéré de conquête territoriale mais la domination de fait résultant de la fin de la Seconde Guerre mondiale qui a consacré le leadership américain sur le monde. Le PNB américain représentait alors plus de la moitié du produit brut mondial. L’avènement d’un nouvel ordre international était nécessaire. Il s’est logiquement décentré de l’Europe, exsangue, pour trouver sa place auprès de la première puissance économique mondiale. La prédominance économique américaine ne date donc pas des années 1990. Dès la fin du xixe siècle, les Etats-Unis ont accédé au rang de première puissance industrielle du monde. En 1913, ils représentaient déjà plus du tiers de la production industrielle mondiale.
Au lendemain de la dernière guerre mondiale commence une période faste qu’on peut qualifier d’« american dream ». « Au milieu des années 1960, l’Amérique gérait une sorte d’étrange hybride des anciens Empires romain et britannique, souligne le politiste Pierre Mélandri. Elle avait repris le rôle de chantre du libre-échange, de fournisseur en ressources financières et d’ordonnateur du système monétaire longtemps assuré par l’Angleterre (1). » Les firmes états-uniennes multiplient alors implantations et rachats à l’étranger, le dollar accède au statut de devise étalon et de monnaie d’échange internationale.
 Cette superpuissance économique permet d’assurer également une importante présence militaire à l’étranger, qui renforce à son tour la présence économique américaine dans le monde. Les alliés sont aussi la plupart du temps des clients.
Avec la fin de la guerre froide, l’économique prend encore davantage le pas sur le militaire. L’hégémonie économique convient en fait bien mieux aux Etats-Unis que l’empire militaire, qui comporte des coûts financiers et humains importants. Les Américains ne sont pas prêts à sacrifier le niveau de vie acquis grâce à leur économie pour mener une politique véritablement impériale et agressive. Sur une échelle de temps longue, la domination de soft power*, par le commerce notamment, a leur préférence, plus que la conquête guerrière. L’invasion de l’Afghanistan puis celle de l’Irak sous la présidence de George W. Bush ont pu donner une image plus belliqueuse de l’Amérique, mais méfions-nous des effets de loupe dus au contexte et à l’actualité du moment.

Qui se souvient aujourd’hui des analyses qui faisaient florès, jusqu’à la veille de la chute du mur de Berlin, sur le déclin inexorable de l’économie américaine ? A plusieurs reprises au cours de son histoire, le pays a connu de sévères crises. La plus importante d’entre elles fit suite au krach boursier de 1929 avec une chute de moitié de la production industrielle jusqu’en 1933. Dans les années 1970-1980, plusieurs analystes crurent voir dans la désindustrialisation des Etats-Unis l’amorce d’une phase de déclin (2). Gardons-nous d’exagérer la toute-puissance de l’économie américaine aussi bien que ses faiblesses.
Les années 1990 ont propulsé la puissance américaine à un niveau tel qu’il a permis le lancement de la « révolution capitaliste » sur la quasi-totalité de la planète, relayée dès le milieu de la décennie par un essor économique et des succès technologiques conséquents. Mais les années 2000 ont mis au jour des fragilités, en fait latentes depuis plusieurs décennies. La guerre froide a impacté l’économie américaine et produit des déséquilibres qui ne se sont pas résorbés depuis la fin du conflit mais se sont accentués (3).

Du chant du déclin à celui de l’hégémonie

Le premier de ces déséquilibres concerne le commerce. Apparu dès le début des années 1970 comme un élément structurel de l’économie mondiale, le déficit commercial est passé de 100 à 450 milliards de dollars entre 1990 et 2000 pour atteindre 719 milliards de dollars en 2005.  Viennent ensuite les finances publiques. Depuis l’intervention en Afghanistan et surtout la guerre en Irak, le déficit budgétaire atteint lui aussi des niveaux abyssaux (plus de 400 milliards prévus en 2006).
Corollaire de ces deux déficits, l’endettement du pays ne cesse de grossir pour atteindre des sommets vertigineux. La dette publique se monte à 8 000 milliards de dollars en 2005, soit près de 70 % du PIB, et la dette externe* à 8 800 milliards de dollars.
dette totale usa
Non seulement les Etats-Unis sont endettés, mais ils ne peuvent pas faire appel à l’épargne domestique pour trouver des crédits. Les ménages américains sont, eux-mêmes, très endettés (117 % du revenu disponible en 2003). Ce fort endettement est aujourd’hui compensé par la hausse de l’immobilier. Plusieurs experts soulignent cependant la fragilité d’un tel équilibre qui ne pourra qu’être rompu si le marché de l’immobilier se retourne. En tout état de cause, l’« hyperpuissance américaine » n’a pas d’autre choix que de faire appel à des bailleurs étrangers. Or, aujourd’hui, ces bailleurs sont aussi les puissances susceptibles à terme de remettre en cause le leadership américain, à commencer par la Chine.
Ce sont en effet principalement les banques centrales asiatiques qui financent les emprunts américains : le Japon pour 800 milliards, la Chine pour 320 milliards. Celle-ci est en effet assise sur un trésor de réserves de changes (900 milliards de dollars) acquis grâce aux excédents qu’elle dégage avec le commerce américain. La première économie du monde se finance de plus en plus aux frais de pays plus pauvres parce qu’elle représente, en tant que marché, le principal débouché pour ces économies en forte croissance. L’historien Emmanuel Todd voit ainsi dans le déficit commercial des Etats-Unis « un prélèvement impérial » qui permet aux Américains de consommer tandis que le reste du monde produit et épargne (4). C’est faire fi de la dépendance d’une telle relation. « Les Etats-Unis dépendent, pour 10 % de leur consommation industrielle, de biens dont l’importation n’est pas couverte par des exportations de produits nationaux », remarque le même E. Todd. Ironiquement, la capacité de financement de l’Asie est devenue un élément clé de la prospérité américaine.
Dans un monde global, tant que les déséquilibres sont acceptés de part et d’autre et que chacun y trouve son compte, les fragilités sont, pour ainsi dire, partagées. Le système conserve une certaine stabilité, mais cela a un prix : une plus grande contrainte due à l’interdépendance. Le paradoxe de l’économie américaine, c’est qu’elle n’a cessé sur le long terme de conférer aux Etats-Unis une influence grandissante dans les affaires du monde. Et aujourd’hui, alors que le pays s’affirme comme plus puissant que jamais, l’économie apparaît comme le premier domaine dans lequel les Etats-Unis subissent, et de facto acceptent, une entrave à leur souveraineté tant grandit leur dépendance vis-à-vis du reste du monde.

 

NOTES

(1) P. Mélandri, « Les États-Unis : un empire qui n’ose pas dire son nom ? », Cités, n° 20, 2004.
(2) Voir P. Kennedy, Naissance et déclin des grandes puissances, Payot, 1996.
(3) E. Todd, Après l’empire. Essai sur la décomposition du système américain, Gallimard, 2002.
(4) Ibid.

 

Repost 0
Published by Profhistgéo - dans Etats-Unis Géo Amérique
commenter cet article
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 16:57

Silicon Valley: les secrets d'une réussite

Anna Lee Saxenian


A la différence des sociétés d'informatique de la Route 128 près de Boston, celles de la Silicon Valley entretiennent des relations de coopération et de concurrence étroites entre elles et les institutions locales. Pour Anna Lee Saxenian, cette organisation en réseau, ouverte sur l'environnement extérieur, est la clé de la réussite de la mythique Silicon Valley.

Ceux qui étudient le développement régional considèrent en général la Silicon Valley et la Route 128 (dans le Massachusetts, près de Boston) comme des exemples classiques de dynamisme. Une dynamique qui s'est constituée grâce à l'accumulation de compétences technologiques, de capital-risques, de l'agglomération de fournisseurs et de services spécialisés, de la présence d'infrastructures et enfin de l'essaimage des savoirs, rendu possible par la présence d'universités et de flux d'informations informels.

silicon valley 3-copie-1

Cependant, cette approche ne peut rendre compte des performances divergentes que les deux économies régionales ont connues à partir des années 90. Toutes deux puisent leurs racines dans les dépenses militaires d'après-guerre et dans la recherche universitaire, mais au-delà de ces origines communes, la Silicon Valley et la Route 128 ont répondu différemment à l'intensification de la compétition internationale. Si les deux régions ont connu un déclin dans les années 80, la croissance rapide d'une nouvelle vague d'entreprises, ainsi que le dynamisme retrouvé d'entreprises établies de longue date, comme Intel et Hewlett-Packard, furent la preuve que Silicon Valley avait retrouvé sa vitalité passée. Le long de la Route 128, à l'inverse, les nouvelles entreprises ne sont pas parvenues à compenser les licenciements continus chez Digital Equipment Corporation et dans d'autres firmes de micro-ordinateurs. A la fin des années 80, les producteurs de la Route 128 cédaient leur dominance de longue date sur la production d'ordinateurs à la Silicon Valley.

Des données régionales illustrent les différences de leur sort. Ainsi, entre 1975 et 1990, les firmes de la Silicon Valley créaient environ 150 000 emplois dans les technologies nouvelles (soit le triple du nombre d'emplois créés le long de la Route 128), alors qu'en 1975 les deux régions offraient un nombre comparable d'emplois (voir le graphique «Evolution du nombre d'emplois » en p. 47).

En 1990, les producteurs implantés dans la Silicon Valley exportaient plus de onze milliards de dollars de produits électroniques, soit presque un tiers du total national, alors que la Route 128, elle, n'exportait l'équivalent que de 4,6 milliards de dollars (source : Electronic Business, 1992).
Enfin, la Silicon Valley rassemblait 39 des 100 compagnies nationales les plus performantes, au taux de croissance le plus rapide, alors que la Route 128 ne pouvait que se targuer d'en compter quatre. En 1990, la Californie du Sud et le Texas devançaient la Route 128, attirant davantage de firmes électroniques en pleine expansion.

Les classements que l'on observe sur le second schéma (voir «Evolution du nombre d'entreprises» en p. 47) reposent sur des taux de croissance de ventes sur cinq ans, mais la liste ne se limite pas aux petites entreprises. Elle comprend aussi des compagnies dont les profits atteignent les multimilliards de dollars, comme Sun Microsystems, Apple Computers, Intel Semiconductor, et Hewlett-Packard, toutes classées parmi les entreprises les plus performantes des années 90. (...)

La Silicon Valley repose sur un système industriel régional en réseau, qui valorise l'apprentissage et l'ajustement mutuel entre producteurs spécialisés dans un ensemble de technologies connexes. La densité des rapports sociaux et le caractère ouvert du marché du travail de la région encouragent l'esprit d'entreprise et d'expérimentation. Les firmes se font une concurrence intense tout en apprenant les unes des autres sur les technologies et les marchés changeants, grâce à des systèmes de communication informels et à des pratiques collaboratrices. La structure relativement libre des équipes encourage une communication horizontale entre les divisions à l'intérieur des firmes ainsi qu'avec les fournisseurs externes et les clients. Dans un système en réseaux, les fonctions intrafirmes apparaissent donc définies de manière vague, et les frontières entre firmes et institutions locales (comme les associations de commerce et les universités) sont poreuses.  (...)


                                                                       Anna Lee Saxenian - Spécialiste des nouvelles technologies et du développement régional, Anna Lee Saxenian enseigne à l'université de Californie (Berkeley). Elle est l'auteur de Regional Advantage : Culture and Competition in Silicon Valley and Route 128, Harvard University Press, 1994.
NOTES

1

M. Granovetter, « Economic action and social structure : the problem of embeddedness », American Journal of Sociology, n° 91, 1985.

 


2

 

A. Chandler, La Main visible des managers, Economica, 1988 (rééd.).

 


3

 

Lockeed Missile and Space et Raytheon Corporation étaient les employeurs privés les plus importants de la Silicon Valley et de la Route 128, respectivement. Mais toutes deux étaient des entreprises militaires avec une activité commerciale limitée.

 

Repost 0
Published by Profhistgéo - dans Etats-Unis Géo Amérique
commenter cet article