• : HISTOIRE-GÉO en LIBERTÉ
  • HISTOIRE-GÉO en LIBERTÉ
  • : Ce lieu permet d'approfondir les thèmes abordés en classe, de clarifier des points essentiels de méthodologie et d'affûter son esprit critique. Il est dédié aux esprits curieux qui ont soif de compréhension et de liberté intellectuelle.
  • Contact

"N'oublie pas de rechercher aussi le bonheur que procure une compréhension nouvelle, apportant un lien supplémentaire entre le monde et toi. Ce devrait être l'oeuvre à laquelle tu apportes le plus grand soin, et dont tu puisses être le plus fier."

 

Albert Jacquard, A toi qui n'est pas encore né.

histoire géo einstein

"Moins d'histoire et de chronologie, ça ne va pas faire des jeunes gens modernes, ça va faire des jeunes gens amnésiques, consensuels et obéissants

Régis Debray

 

 

"Les véritables hommes de progrès ont pour point de départ un respect profond du passé"

Ernest Renan

 

 

26 septembre 2017 2 26 /09 /septembre /2017 08:03
Les critiques de la démocratie athénienne

Le travail:

Sur votre cahier tâchez de présenter les principales critiques qui sont faîtes de la démocratie athénienne

Repost 0
20 septembre 2017 3 20 /09 /septembre /2017 11:02

Le citoyen athénien participe activement à la défense de sa cité. Il est prêt à mourir pour défendre ses compatriotes, mais aussi sa culture (ses temples, ses Dieux) et sa liberté conquise par le système démocratique. On parle de citoyen-soldat, car le rôle politique est indissociable de la fonction combattante qui implique donc, éventuellement, le sacrifice suprême.

Le serment des éphèbes montre à quel point le sens de l’honneur, la fidélité, le courage, le respect des traditions et la solidarité sont au cœur de la fonction de citoyen-soldat. Ces valeurs inculquées par l’éducation (voir TP sur l'éducation) depuis l’enfance sont essentielles pour le fonctionnement politique de la cité. 
Ainsi, les citoyens doivent réaliser leur service militaire (éphébie) et s’équiper à leurs frais. Les plus riches forment la cavalerie, les plus pauvres sont rameurs (thètes) puis éventuellement, à partir de la fin du Vè s., peltastes (combattants à l’équipement léger), les citoyens aux revenus moyens constituent la phalange. Celle-ci rassemble des hoplites lourdement armés (lance, glaive, bouclier, armure) en formation serrée. Ce mode de combat, apparu au VIIe s., repose sur une forte discipline et une grande cohésion puisque chaque soldat est responsable, avec son bouclier, de la protection de son concitoyen de gauche. Il renforce le sentiment d’égalité et participe donc de l’esprit civique.

Ce modèle du citoyen-soldat tend toutefois à disparaître à la fin du IVe s. sous l’impulsion du roi Philippe de Macédoine qui bouleverse les codes guerriers lors de ses campagnes qui aboutiront à la conquête de la plupart des cités de Grèce continentale. L’apparition de mercenaires c’est-à-dire de soldats rémunérés pour combattre, change complètement la perspective :  la guerre devient surtout l’affaire de professionnels et non d’individus désintéressés qui défendaient gratuitement leur cité, en invoquant un sens de l'honneur.

Repost 0
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 12:22

Chronologie citoyenneté
Chronologie citoyenneté
par Profhistgéo

Repost 0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 11:00

 

Imagecitoyenss

On définit dans l'usage le citoyen celui qui est né de deux parents citoyens et non d'un seul, son père ou sa mère; d'autres remontent même plus haut, par exemple jusqu'à deux ou trois aïeux, ou davantage encore. En face d'une telle définition d'ordre politique et concise, certains se posent la question: et ce troisième ou quatrième aïeul, comment sera-t-il citoyen ? Gorgias de Leontinoi, peut-être moitié conscient de la difficulté, moitié par ironie disait: "les ustensiles faits par les fabricants de mortiers sont des mortiers, et de même sont des Larisséens les citoyens "fabriqués" par leurs "démiurges", car certains de ces magistrats sont des "fabricants" de Larisséens". Mais la chose est bien simple: si ces aïeux participaient au pouvoir politique dans le sens de la définition donnée, ils étaient citoyens, car la définition du citoyen comme "né d'un citoyen et d'une citoyenne" ne saurait s'appliquer aux premiers habitants ou fondateurs d'une cité.

Aristote, Politique, III, 1275 b20-35, trad J. Aubonnet

Repost 0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 09:10

 


Vidéo

 

Repost 0
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 16:12

 

 

Comme il était naturel du moment où sa fille avait eu des enfants, jamais il n'a offert un sacrifice sans nous; qu'il fût petit ou grand, toujours nous y assistions et y participions. Et ce n'est pas à ces seules cérémonies qu'il nous conviait; mais il nous conviait toujours aux Dyonysies des champs; nous assistions aux représentations avec lui, assis à côté de lui, et nous allions chez lui célébrer toutes les fêtes. Lorsqu'il sacrifiait à Zeus Ktesios, sacrifice auquel il donnait un soin particulier, où il n'admettait ni esclaves ni hommes libres étrangers à la famille, mais où il fasait tout de ses propres mains, nous y participions, nous touchions avec lui aux victimes et les déposions avec lui sur l'autel; avec lui nous accomplissions tous les rites, et il demandait pour nous la santé et la prospérité, comme il est naturel d'un grand père... Ce ne sont pas ces faits seulement qui mettent en évidence que notre mère était fille légitime de Kiron, mais encore la conduite de notre père et l'attitude des femmes du dème envers elle. Quand notre père la prit en mariage, il offrit un repas de noces et y invita trois de ses amis en même temps que ses proches; il donna aussi aux membres de sa phratrie un banquet solennel, conformément à leurs status. Les femmes du dème, dans la suite, choisirent notre mère avec les femme de Dioklès de Pithos pour présider aux Tesmophories et accomplir avec celle-ci les cérémonies d'usage.

 

Isée, VIII, 15-16, trad P. Roussel

Repost 0
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 13:36

 

L'organisation de l'ancienne constitution, antérieure à Dracon, était la suivante. On prenait les magistrats dans les familles nobles et riches. Les charges étaient à l'origine conférées à vie, plus tard pour dix ans. Les plus importants et les plus anciens des magistrats étaient le roi, le polémarque et l'archonte. De ces magistratures, la plus ancienne était celle du roi (elle existait de toute antiquité); en second lieu celle du polémarque parce que certains rois avaient été peu doués pour la guerre... en dernier lieu fut institué l'archontat. Que l'archontat fut la dernière magistrature, la preuve en est que l'archonte n'a aucune des fonctions primitives, comme le roi et le polémarque, mais simplement les fonctions surajoutées; aussi cette magistrature n'est-elle devenue importante que dans la période récente, quand elle a été renforcée par ces fonctions surajoutées. Les thesmothètes furent institués bien des années après, alors qu'on instituait déjà chaque année les archontes, et cela afin de rédiger et publier les décisions ayant force de loi et de conserver pour le jugement des conflits; aussi est-ce la seule magistrature qui n'ait jamais duré plus d'un an.

 

Pseudo Aristote, Constitution d'Athènes, III,1-4, trad G. Mathieu et B. Haussoulier

 

Questions


Repost 0
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 10:33

L'armée romaine possédait par ses nombreuses qualités une supériorité sur les armées ennemies de l'époque.

En visionnant cette vidéo, énumérez les atouts d'une légion.

Repost 0
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 17:17

 


Quels sont les différents aspects de l'éducation d'Alexandre ? Qui est son principal instructeur ? Qu'est-ce qui explique la grande complicité entre Alexandre et ses généraux ?

 

Repost 0
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 15:40

Le sénat est l'institution centrale de la République romaine: composé d'anciens magistrats, il prend des décisions très importantes pour le destin de la cité et des territoires conquis...

L'extrait suivant est tiré du célèbre péplum "Spartacus" de S. Kubrick (1963). Il nous permet de nous imaginer de quelle façon se déroulaient les débats...

Ici, il est question de la révolte d'esclaves menée par Spartacus; révolte que les sénateurs essayent de réprimer en envoyant une partie de l'armée postée à Rome...

Repost 0