• : HISTOIRE-GÉO en LIBERTÉ
  • HISTOIRE-GÉO en LIBERTÉ
  • : Ce lieu permet d'approfondir les thèmes abordés en classe, de clarifier des points essentiels de méthodologie et d'affûter son esprit critique. Il est dédié aux esprits curieux qui ont soif de compréhension et de liberté intellectuelle.
  • Contact

"N'oublie pas de rechercher aussi le bonheur que procure une compréhension nouvelle, apportant un lien supplémentaire entre le monde et toi. Ce devrait être l'oeuvre à laquelle tu apportes le plus grand soin, et dont tu puisses être le plus fier."

 

Albert Jacquard, A toi qui n'est pas encore né.

histoire géo einstein

"Moins d'histoire et de chronologie, ça ne va pas faire des jeunes gens modernes, ça va faire des jeunes gens amnésiques, consensuels et obéissants

Régis Debray

 

 

"Les véritables hommes de progrès ont pour point de départ un respect profond du passé"

Ernest Renan

 

 

31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 07:14

paix de dieu

"Ecoutez, chrétiens1, l'accord de paix !

 

[1] Je n'envahirai d'aucune manière une église. Je n'empiéterai pas sur les aîtres [le terrain libre qui entoure une église et qui sert de cimetière ; lieu, délimité par des croix, où doit s'exercer la « Paix de Dieu », étendant celle-ci au-delà du refuge des églises] de l'église, sauf pour un malfaiteur qui aura enfreint cette paix. Et si j'envahis ces aîtres, je n'en retirerai, sciemment, rien d'autre que ce malfaiteur et ses affaires.

[2] Je n'assaillirai pas de clerc et de moine ne portant pas d'armes séculières ni de gens marchant avec eux sans armes ; je ne m'emparerai pas de leurs biens, sauf si leur culpabilité me donne alors une bonne raison de le faire. Et si leur culpabilité est prouvée, je ne prendrai pas plus que le prix du forfait et l'amende légale. (...)

[4] Je ne m'emparerai pas du paysan, de la paysanne, des serviteurs et des marchands. Je ne prendrai pas leurs deniers, je ne les ferai pas racheter, je ne prendrai ni ne gaspillerai leur bien, et je ne les fouetterai pas.

[5] Je n'enlèverai à personne son mulet ou sa mule, son cheval ou sa jument ou quelque autre bête se trouvant au pacage, y allant ou en revenant ou se trouvant en un autre lieu, à moins qu'ils ne me causent un dommage. Si j'en trouve, je ne les tuerai pas, je ne les détruirai pas. Si l'on veut bien réparer dans les huit jours le dommage qui m'a été causé et payer l'amende légale, je les rendrai.

[6] Je n'incendierai ni ne détruirai les maisons, à moins que je n'y trouve à l'intérieur un cavalier qui soit mon ennemi et en armes ou un voleur, ou qu'elles ne jouxtent un château qui réponde au nom de château. (...)

[9] Je ne détruirai pas de moulin, je ne m'emparerai pas du blé qui s'y trouve, à moins que je ne sois à l'ost2 ou qu'il ne se trouve sur la terre de ma propriété.

[10] Quant au voleur public et bien connu, je ne le protégerai pas et ne l'approuverai pas sciemment, ni son brigandage. Et l'homme qui enfreindra sciemment cette paix, qui viendra ou sera sous ma protection, je ne le protégerai pas dès que je serai au courant ; et s'il l'a enfreinte inconsciemment, soit je ferai réparation pour lui, soit je lui ferai faire réparation dans un délai de quinze jours après qu'on aura demandé raison. (...).

[12] J'observerai ce bref écrit tant que je vivrai (...). A l'exception des terres qui sont de mon alleu, de mon bienfait, en franchises ou en commandes ; à l'exception du temps pendant lequel je bâtis ou j'assiège un château, pendant lequel je participe à l'ost du roi, à celui de l'archevêque de Lyon et des évêques dont nous avons donné la liste des évêchés plus haut ou à celui des comtes ; à l'exception de la chevauchée des chevaliers. Même dans ce cas, je ne prendrai que ce que m'accorde mon sauf-conduit. Et je n'emporterai rien chez moi, à l'exception des fers pour les pieds des chevaux. Et je n'envahirai pas les sauvements de l'église pendant lesdits osts, à moins qu'on ne m'y ait interdit l'achat des vivres ou l'application de mon sauf-conduit.

[13] Depuis le début du jeûne jusqu'à Pâques closes, je n'assaillirai pas le cavalier ne portant pas les armes séculières et je ne lui enlèverai pas de force l'avoir qu'il portera avec lui.

[15] J'observerai tout cela, jusqu'à la présente fête de saint Jean-Baptiste, et à partir d'elle pendant sept ans.

 

Burchard, archevêque de l'Eglise de Lyon, a établi ce pacte de paix au concile de Verdun, en présence de ses évêques (...) qui tous ensemble ont prononcé la formule d'excommunication : celui qui ne tiendra pas cette paix à partir d'aujourd'hui, qui ne la jurera pas d'ici la fête de saint Pierre (à l'exception de ceux qui ont déjà juré), qu'il n'entre plus dans l'église avec les chrétiens, qu'il n'ait plus leur compagnie, qu'il ne reçoive plus le corps et le sang du Seigneur jusqu'à ce qu'il jure cette paix. Nous n'ordonnons pas de jurer ce sacrement à ceux qui ne sont pas cavaliers et ne portent pas les armes séculières. Participa à ce concile Oury, dans les faits honorable prêtre, en espoir vénérable évêque. "

 

Source : R. Bonnaud-Delamare, « Les institutions de paix dans la province ecclésiastique de Reims au XIe siècle », dans Bulletin philologique et historique (jusqu'à 1715) du Comité des travaux historiques et scientifiques, années 1955-1956, Paris, 1957, p.148-153.

 

1. Document adressé aux chevaliers

2. Service militaire demandé aux chevaliers par le roi.

 

VOTRE TRAVAIL

 

A partir de cet extrait montrez tout d'abord que le XIe siècle est marqué par de nombreuses formes de violences que l'Église tente d'atténuer, puis présentez le moyen de pression utilisé par celle-ci pour y parvenir tout en nuançant l'impact qu'a pu avoir un tel serment. Le tout en une quinzaine de lignes. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires